L'ex-candidate à la vice-présidente américaine Sarah Palin s'est déclarée prête mercredi dans une interview à la chaîne CNN à travailler avec Barack Obama lorsqu'il prendra ses fonctions le 20 janvier.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Cela serait un honneur d'aider et de soutenir notre nouveau président et la nouvelle administration», a-t-elle dit au journaliste Wolf Blitzer. Mme Palin serait disposée à collaborer avec la nouvelle administration démocrate notamment dans le domaine de «l'indépendance énergétique, de la sécurité énergétique dont nous avons besoin pour ce pays», a-t-elle dit.

Sur CNN, Mme Palin est revenue sur les dures critiques qu'elle avait formulées envers M. Obama durant la campagne, l'accusant notamment de «copiner» avec les terroristes. Elle s'est dite toujours «préoccupée» par les relations qu'a entretenues M. Obama avec Bill Ayers, un ancien activiste d'extrême gauche dont le groupe avait été à l'origine d'une vague d'attentats à la bombe à Washington dans les années 1960.

«Je pense qu'il est toujours bon d'en parler. Toutefois la campagne est terminée. Ce chapitre est clos. Il est temps d'avancer», a-t-elle dit avant d'ajouter qu'elle ne regrettait pas ses commentaires.

La gouverneure de l'Alaska a ensuite été questionnée sur les qualités M. Obama comme commandant en chef des forces armées dans lesquelles se trouve actuellement son fils Track.

Les vies des soldats américains, «celle de (son) fils, sont dans ses mains. Et je suis confiante dans le fait que cette nouvelle administration va prendre soin du meilleur de l'Amérique, ceux qui portent l'uniforme et qui nous protègent, nous et notre liberté», a ajouté Mme Palin.

Interrogée sur ce que devait faire M. Obama maintenant qu'il est élu, «il ne faut pas regarder l'appartenance politique, mais il faut veiller à composer son gouvernement particulièrement avec les meilleurs des meilleurs», a-t-elle répondu.

Interrogée mercredi par l'AFP à Miami en marge d'une rencontre entre gouverneurs républicains, elle s'est dite «très optimiste», jugeant que c'était «un moment historique pour le pays». «Les Américains, nous allons être tous ensemble, démocrates et républicains, pour travailler derrière le nouveau président pour le progrès du pays», a-t-elle affirmé.