Tony Hayward, le directeur général de la compagnie pétrolière BP aux prises avec la marée noire, a présenté mercredi ses excuses sur le site communautaire Facebook après avoir déclaré dimanche vouloir «retrouver [sa] vie d'avant», a-t-on appris de son porte-parole Graham MacEwen.

Mis à jour le 2 juin 2010
AGENCE FRANCE-PRESSE

Ces paroles prononcées dimanche sont «blessantes et inconsidérées», écrit-il. Les propos de M. Hayward avaient provoqué un tollé parmi les familles des 11 victimes décédées lors de l'explosion de la plateforme pétrolière le 20 avril dernier, suivie de son naufrage dans le golfe du Mexique deux jours plus tard.

«Lorsque j'ai récemment relu mes propos, j'ai été consterné. Je présente mes excuses, particulièrement aux familles des 11 hommes qui ont perdu leur vie dans ce tragique accident», a déclaré le président du géant pétrolier sur la page Facebook de BP.

«Ce discours ne reflète pas mes pensées après cette tragédie et encore moins celles des employés de BP», a-t-il continué.

Malgré les efforts de BP pour recouvrir le puits et stopper l'épanchement du brut au fond de la mer, au moins 88 millions de litres se sont écoulés dans l'océan depuis l'explosion, selon des estimations du gouvernement américain.

Tony Hayward a également soutenu que sa «priorité principale» était désormais de «tout faire pour que les gens de la région du Golfe et leurs familles retrouvent leur vie normale». «Qu'ils la retrouvent eux, pas moi», a-t-il conclu.

Dimanche, dans une interview accordée à NBC, M. Hayward avait commencé par adresser ses excuses aux habitants de la région pour «l'immense bouleversement provoqué dans leurs vies», avant d'ajouter: «personne ici ne souhaite la fin de cette histoire plus que moi; je veux retrouver ma vie d'avant».

Une gaffe qui n'est pas la première du directeur général de BP. Il avait déjà déclaré à la chaîne de télévision Sky News le 18 mai que «l'impact de la catastrophe serait très, très limité», s'attirant les foudres des victimes de la marée noire et des écologistes.