Les avocats de Pistorius «surpris» par un témoin

Oscar Pistorius lors de la pause du midi... (PHOTO SIPHIWE SIBEKO, REUTERS)

Agrandir

Oscar Pistorius lors de la pause du midi au troisième jour de son procès pour meurtre, à Pretoria, le 5 mars.

PHOTO SIPHIWE SIBEKO, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'affaire Pistorius
L'affaire Pistorius

Accusé du meurtre prémédité de sa petite amie Reeva Steenkamp lors de la nuit de la Saint-Valentin 2013, Oscar «Blade Runner» Pistorius, champion paralympique sud-africain, soutient qu'il a tué sa copine accidentellement, croyant tirer sur un cambrioleur réfugié dans la salle de bain. »

Agence France-Presse
Pretoria

La défense d'Oscar Pistorius, prise de court après le témoignage d'un ami boxeur qui a failli se faire estropier d'un coup de feu tiré par l'athlète peu avant le meurtre de sa petite amie, a suggéré mercredi que c'était un accident, au troisième jour du procès.

Kevin Lerena, quatrième témoin cité par l'accusation, a raconté comment en janvier 2013, lors d'un repas amical à quatre dans un restaurant de Johannesburg, un coup de feu est parti inopinément, tiré par Pistorius avec l'arme d'un ami, presque sur son pied.

«Le coup est parti dans le restaurant, puis ç'a été le silence complet. Après le coup de feu, j'étais sous le choc. J'ai regardé en bas, et juste là où était mon pied, il y avait un trou dans le sol», a témoigné Kevin Lerena.

L'affaire n'est pas liée directement au procès pour le meurtre de Reeva Steenkamp le 14 février 2013, mais la poursuite a joint au dossier cet incident accréditant la thèse d'un Oscar Pistorius aimant manier les armes à feu.

«Pris par surprise» par ce témoignage qu'il n'attendait pas à ce stade du procès ouvert lundi, selon ses termes, l'avocat de la défense, Barry Roux, a demandé du temps pour préparer son contre-interrogatoire.

«J'avais une petite égratignure au doigt de pied. Je n'étais pas touché ou blessé», a ajouté le boxeur, décrivant être simplement allé aux toilettes pour essuyer le sang avec du papier.

Il a remémoré au tribunal qu'Oscar Pistorius avait alors dit «Tout le monde est OK?... C'était une erreur. Tout le monde va bien?», avant de s'excuser, alors même que l'arme lui avait été passée sous la table, a-t-il dit, avec l'indication qu'elle était chargée, une balle prête à partir.

Me Roux a contesté ce point, demandant au témoin s'il se rappelait que son client avait été très fâché contre l'ami lui ayant passé l'arme «car il n'avait pas réalisé qu'une balle était enclenchée».

Le boxeur n'a ni confirmé ni démenti, se rappelant seulement que Pistorius «était choqué lui-même (après le coup de feu) et s'était confondu en excuses».



Premier témoin à accepter d'être filmé par les télévisions retransmettant en direct le procès, Kevin Lerena a indiqué sur sa page Facebook n'être ni du côté de Pistorius ni de l'autre.

Durant son témoignage, il a confié qu'Oscar Pistorius avait demandé au propriétaire de l'arme de dire que c'était lui qui avait tiré : «s'il te plaît, dis que c'était toi, il y a trop de médias à mes trousses». (...) Et Darren a alors porté le chapeau».

Kevin Lerena a assuré n'avoir pas reparlé de l'incident à quiconque jusqu'à ce que les médias du monde entier, puis la police, l'appellent quelques jours après le meurtre de Reeva.

Le champion handisport, accusé du meurtre de son amie, plaide non coupable, affirmant l'avoir tuée par erreur en croyant abattre un cambrioleur. Il est également poursuivi pour infraction à la législation sur le port d'armes.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer