Source ID:9e8b8f9239893cbba51b0c9b073f460a; App Source:StoryBuilder

Damas accuse la coalition d'avoir tiré des missiles sur ses positions

Damas a accusé la coalition internationale d'avoir tiré... (PHOTO AFP)

Agrandir

Damas a accusé la coalition internationale d'avoir tiré des missiles sur des positions de son armée.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les tumultes, conflits et guerres qui ont suivi le «Printemps arabe». »

Agence France-Presse
Damas

Le régime de Damas accuse la coalition internationale dirigée par les États-Unis d'avoir tiré des missiles sur des positions de son armée, selon l'agence de presse officielle syrienne Sana.

La coalition a nié avoir visé les forces du régime de Bachar al-Assad, affirmant avoir ciblé des djihadistes de l'EI.

Selon Sana, «les forces de la coalition américaine ont tiré vers 20h ce (dimanche) soir plusieurs missiles contre quelques positions de nos forces dans la montagne d'al-Ghourab au sud d'al-Soukhna», causant uniquement «des dégâts matériels», a rapporté l'agence, sans plus de précisions.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les forces de la coalition positionnées dans la région d'Al-Tanaf ont tiré «plus de 14 missiles» contre un convoi des forces du régime au moment de son passage dans la badiya (désert), dans l'extrême est de la province de Homs.

«Le groupe était perdu au milieu du désert à 35 km de la base d'Al-Tanaf» où se trouvent des troupes américaines et britanniques, a dit le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

«Faux [...] Les forces de la coalition ont mené des frappes de précision» contre des djihadistes, dont «un haut placé du (groupe) État islamique, Abou al Oumarayn», a assuré, de son côté, Ryan Sean, porte-parole américain de la coalition.

Le responsable djihadiste «avait donné des indications constituant une menace imminente pour les forces de la coalition», a-t-il ajouté.

Les États-Unis utilisent généralement la base d'Al-Tanaf pour procéder à des frappes contre le groupe État islamique (EI). Celle-ci a également été utilisée par le passé en tant que camp d'entrainement de combattants de l'opposition syrienne. Des affrontements ont opposé l'an dernier les forces du régime syrien à celles soutenues par la coalition dans cette région.

Damas a maintes fois appelé au retrait des forces américaines de cette zone en Syrie, à la lisière de l'Irak et de la Jordanie.

L'EI conserve encore quelques poches et cellules dormantes dans la badiya en Syrie, notamment dans l'est du pays, où la coalition poursuit la traque des djihadistes, soutenue au sol par une alliance kurdo-arabe.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer