(Bamako) Sept soldats maliens sont morts dimanche dans une attaque attribuée aux djihadistes au nord-est de Bamako, près de la frontière mauritanienne, selon un nouveau bilan communiqué lundi à l’AFP par une source sécuritaire malienne.

Agence France-Presse

Un précédent bilan communiqué dimanche par l’armée malienne sur les réseaux sociaux avait fait état de quatre morts et de 14 blessés dans cette attaque survenue au poste de Guiré, dans la région de Nara.

L’armée avait parlé d’un « groupe armé terroriste », mot communément employé pour désigner les djihadistes, comme étant à l’origine de cette attaque.

Douze blessés, dont deux graves

« Le bilan s’alourdit à sept morts et 12 blessés dont deux graves au lieu de 14 », a dit à l’AFP la source sécuritaire, sans plus de détails.

Le Mali est livré depuis 2012 aux agissements de groupes affiliés à Al-Qaïda et à l’organisation État islamique, ainsi qu’aux violences de toutes sortes perpétrées par des milices autoproclamées d’autodéfense et des bandits. Les forces régulières sont elles-mêmes accusées d’exactions.

Les violences parties du nord en 2012 se sont propagées au centre, au Burkina Faso et au Niger voisins. Elles ont fait des milliers de morts civils et militaires, et des centaines de milliers de déplacés, malgré le déploiement de forces onusiennes, françaises et africaines.

La prise du pouvoir à Bamako par des militaires à la faveur d’un putsch en 2020 n’a pas enrayé la spirale.