(Johannesburg) Des enquêteurs sud-africains demandent l’inculpation d’un ancien haut responsable et des sanctions contre l’ex-ministre de la Santé Zweli Mkhize, dans un rapport accablant publié mercredi sur la corruption au ministère de la Santé, avec l’argent destiné à lutter contre la COVID-19.

Agence France-Presse

L’Unité des enquêtes spéciales (SIU) affirme que l’ancien ministre de la Santé, autrefois promis à un grand avenir national, avait connaissance de contrats irréguliers passés avec la société de communication Digital Vibes.  

Officiellement, ces contrats publics devaient financer des campagnes de sensibilisation pour lutter contre la pandémie de COVID-19. En réalité, l’argent a bénéficié à deux proches de M. Mkhize au ministère, à lui-même ainsi qu’à son fils.  

Ce dernier, Dedani Mkhize, a notamment acheté un luxueux 4x4 et retiré des « sommes considérables en liquide », soulignent les enquêteurs dans leur rapport.

L’affaire dévoilée en mai dans les médias avait provoqué l’indignation. Zweli Mkhize, 65 ans, médecin de formation devenu le visage de la lutte contre la pandémie en Afrique du Sud, encensé pour son action en tant que ministre, avait été contraint à la démission en août.  

Le SIU, qui a déjà pris des mesures pour récupérer l’argent détourné, exhorte dans son rapport le président Cyril Ramaphosa à prononcer des sanctions à l’encontre de son proche et ancien ministre.  

Le rapport réclame également que des poursuites judiciaires soient menées contre l’ancien directeur général du ministère de la Santé, Anton Pillay.  

M. Ramaphosa a toutefois estimé mercredi que « même si (l’ex-ministre) est impliqué dans le rapport, il a bien servi la nation ».

« Il était la seule voix de la pandémie et nous avons été en mesure de traverser la pandémie grâce à son expérience », a répondu le président à une question lors d’un point de presse.

Cyril Ramaphosa avait promis de s’attaquer à la corruption endémique au sein de l’ANC, parti historique au pouvoir. Il avait succédé en 2018 au président Jacob Zuma, précipité vers la sortie par une série de scandales de corruption au plus haut niveau de l’État.