(johannesburg) Treize fidèles d’une église pentecôtiste ont été tués et plus d’une dizaine blessés tard jeudi soir dans le nord-est de l’Afrique du Sud, victimes de l’effondrement accidentel d’un mur du bâtiment pendant une violente tempête.

Agence France-Presse

L’accident s’est produit dans une église de la ville de Ndlangubo à la veille du long week-end de Pâques, dans l’extrême nord de la province du KwaZulu Natal.

« Des fidèles dormaient dans le bâtiment après la fin de la messe vers 22 h (16 h HE) », a expliqué à la presse la porte-parole provinciale de la police, la colonelle Thembeka Mbele.

« Il y avait des vents violents et de fortes pluies et des murs se sont effondrés. Les 13 personnes mortes sont 12 femmes et un garçon », a-t-elle précisé.

Un des murs de briques de l’église, un grand hangar posé au milieu d’une pelouse, s’est complètement écroulé, laissant un trou béant dans le bâtiment.

Toute la journée, des dizaines de fidèles et d’habitants de la ville ont défilé, interloqués, devant les ruines.

Un total de 16 personnes ont été retrouvées blessées mais vivantes sous l’amas de pierres, selon un porte-parole des services d’urgences de la province (EMT), Robert McKenzie.

« Il n’y avait pas de réseau alors j’ai couru jusqu’au poste de police pour les prévenir. Ils sont arrivés très vite », a raconté à l’AFP le pasteur de l’église, Py Sibiya.

« Je n’arrive toujours pas à croire à ce qui s’est passé », a réagi auprès de l’AFP le collègue d’une des victimes, Zwelihle Dhlamini. « Je ne me suis toujours pas remis du choc, mes collègues non plus. Ils m’appellent et m’envoient des messages comme si ça pouvait changer quoi que ce soit ».

Membre de la même congrégation, la ministre sud-africaine du Travail Mildred Oliphant devait participer à une messe dans cette même église vendredi.

« C’est dur et vraiment terrible mais nous savons que Dieu a ses raisons », a-t-elle déclaré à l’AFP. « Probablement à la fin de la semaine prochaine, nous saurons si la structure a été construite selon les règles où s’il y avait des problèmes ».

La police a ouvert une enquête pour déterminer les causes de l’effondrement du pan de mur.

Toute la journée, les autorités locales et les autres églises ont présenté leurs condoléances à la congrégation.

« Nous prions pour eux, toutes nos condoléances aux familles », a déclaré un représentant du Conseil sud-africain des Églises (SACC), le père Mlungisi Ntsele. « En tant que chrétiens, nous prions les uns pour les autres dans les moments difficiles comme dans les moments joyeux ».