L'enregistreur de conversations de poste de pilotage du vol d'EgyptAir qui s'est abîmé dans la mer Méditerranée en mai révèle que les pilotes essayaient de maîtriser un incendie à bord.

Publié le 5 juill. 2016
ASSOCIATED PRESS

Des enquêteurs égyptiens ont révélé, sous le couvert de l'anonymat, que ces enregistrements correspondent aux signes de chaleur, de flammes et de fumée détectés précédemment près d'une salle de bain et du secteur de l'avionique.

L'écrasement du vol entre Paris et Le Caire, le 19 mai, a coûté la vie aux 66 personnes - dont deux Canadiens - qui se trouvaient à bord. Les pilotes n'ont lancé aucun appel de détresse et aucun groupe n'a revendiqué la destruction de l'appareil.

Les enquêteurs n'écartent aucune hypothèse, y compris celle du terrorisme, puisqu'il est très rare pour un incendie important de se déclarer à bord d'un avion.