L'armée nigériane a annoncé jeudi avoir mené des frappes aériennes contre des camps du groupe islamiste armé Boko Haram dans le nord-est du pays, tuant de «nombreux» insurgés.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les bombardements, qui ont eu lieu dimanche, ont visé la zone de Sambisa, dans l'État de Borno (nord-est). Cette zone est considérée comme un fief des islamistes et est une des principales cibles stratégiques de l'opération d'envergure lancée au printemps par l'armée nigériane pour tenter d'éradiquer le groupe Boko Haram.

«Nos hommes ont identifié et détruit des camps de terroristes dans la zone de Sambisa et l'opération a été un grand succès», a déclaré le porte-parole de l'armée dans cette zone, Mohammed Dole, devant des journalistes à Maiduguri, capitale de l'État de Borno.

«Je ne peux pas vous dire exactement combien de terroristes ont été tués (...) Beaucoup d'entre eux ont été tués pendant les frappes aériennes qui, selon nous, ont été précises», a ajouté le porte-parole.

Des dizaines d'hommes de Boko Haram auraient été tués au cours de ces frappes, a indiqué une source militaire s'exprimant sous couvert d'anonymat.

Un habitant de Sambisa, Bintu James, a déclaré devant des journalistes à Maiduguri que les «raids aériens ont démarré la nuit et ont duré jusqu'à lundi matin».

Le gouvernement nigérian a lancé en mai une vaste offensive pour tenter de mettre fin à l'insurrection du groupe islamiste, qui dure depuis quatre ans et a fait des milliers de morts. L'état d'urgence dans trois États du nord-est du Nigeria a été prolongé pour six mois.

Boko Haram a revendiqué vendredi dernier l'enlèvement au Cameroun voisin d'un prêtre catholique français, le père Georges Vandenbeusch.

Ces derniers mois, les attaques attribuées à Boko Haram ont fait plusieurs centaines de morts civiles.

L'offensive lancée par le gouvernement nigérian contre les islamistes les a chassés des grands centres urbains, mais les attaques ont continué dans les villages isolés.

Boko Haram, classée comme organisation terroriste par les États-Unis la semaine dernière, revendique la création d'un État islamique dans le nord du Nigeria, majoritairement musulman.