Les combats entre tribus rivales ont fait 190 morts et 250 blessés depuis le début du mois d'août au Darfour, une région de l'ouest du Soudan en proie à la violence, a annoncé l'ONU vendredi.

Publié le 23 août 2013
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon les rapports reçus par les Nations unies, «100 hommes de la tribu des Rezeigat ont été tués et 140 blessés, tandis que 70 hommes de la tribu Maaliya sont morts, et 113 blessés» lors des affrontements dans un secteur non identifié du Darfour.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l'ONU a également fait état de 20 membres des Rezeigat morts dans des combats survenus dans un autre secteur du Darfour, sans être en mesure de donner un bilan pour la partie adverse.

«Les opérations d'aide dans l'est du Darfour ont été sévèrement restreintes par ces combats et par l'insécurité générale», a ajouté l'ONU dans un communiqué.

Jeudi soir, les deux tribus ont signé un document de «paix, de co-existence et de fin des hostilités», selon l'agence officielle SUNA.

Selon la mission commune ONU-Union africaine au Darfour (Minuad), les rivalités tribales sont la principale source du regain des violences cette année dans cette région qui a fait près de 300 000 nouveaux déplacés dans les cinq premiers mois de 2013, soit deux fois plus que pendant le total des deux années précédentes.

En 2003, des rebelles issus de tribus locales au Darfour se sont soulevés contre Khartoum pour dénoncer la domination des élites arabes, déclenchant un long conflit dévastateur qui a fait au moins 300 000 morts et 1,8 million de déplacés au Darfour, selon l'ONU. Khartoum parle de 10 000 morts.

Les tribus se battent essentiellement pour la terre, l'eau et les droits miniers.