Trente personnes au moins ont été tuées et des maisons incendiées dans le centre du Nigeria au cours d'un conflit foncier opposant deux ethnies de religion différente, ont déclaré mercredi les autorités locales.  

Mis à jour le 17 oct. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

« La mort d'au moins trente personnes est confirmée », a dit à l'AFP Cletus Akwaya, porte-parole du gouverneur de l'État de Benue où se sont déroulées les violences dimanche et lundi. Il a précisé que des éleveurs fulani, une ethnie majoritairement musulmane, ont attaqué une communauté tiv, des chrétiens pour la plupart.

Selon le porte-parole, personne n'a été arrêté à la suite de l'affrontement qui s'est déroulé à Yogbo, près de la frontière avec l'État de Nassarawa.

« Ils ont incendié des maisons et, quand les gens ont fui, ils les ont attaqués. Des policiers anti-émeutes et des observateurs militaires ont été ensuite déployés dans la zone », a précisé le porte-parole.

Selon lui, il est difficile d'évaluer le nombre d'assaillants, l'attaque ayant eu lieu dans la nuit. Des centaine d'agriculteurs tiv ont fui leur village, selon les médias locaux.

Le conflit qui concerne essentiellement l'accès aux terres a violemment opposé à de nombreuses reprises dans le passé des éleveurs fulani à des Tiv, des cultivateurs.

Des tentatives ont été faites pour régler le différend, mais elles ont échoué.

Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec quelque 160 millions d'habitants, compte environ 250 ethnies et des violences intercommunautaires s'y produisent régulièrement. Le pays est aussi divisé entre un nord à majorité musulmane et un sud à dominante chrétienne.