Un travailleur humanitaire soudanais travaillant pour une ONG canadienne a été tué par des hommes armés au Darfour, une région de l'ouest du Soudan en guerre civile, a indiqué mardi un responsable de cette organisation Fellowship for African Relief.

AGENCE FRANCE-PRESSE

L'employé, Adam Khatir, «a été enlevé samedi dans une embuscade par des hommes qui voulaient son téléphone satellitaire Thuraya. Ils sont venus dans sa maison lundi soir pour prendre le téléphone mais l'appareil n'était pas là. Ils ont alors tiré sur lui», a dit Mark Simmons, responsable de l'ONG canadienne.

L'attaque s'est produite à Kongo Haraza, au Darfour-ouest, à la frontière du Tchad, a-t-il précisé à l'AFP.

«Cela fait 24 ans que nous sommes au Soudan et c'est la première fois que l'un de nos collaborateurs est tué», a dit M. Simmons.

Fellowship for African Relief oeuvre au Soudan depuis 1984. Elle emploie 200 Soudanais qui travaillent avec huit expatriés et bénéficie d'un budget de plus de six millions de dollars américains, selon son site internet.

«Selon nos premières informations qui restent à confirmer, il s'agit d'une tentative de vol qui a mal tourné», a déclaré à l'AFP un responsable de la Force de maintien de la paix ONU-Union africaine au Darfour, qui a dit préférer ne pas être nommé pour des raisons de sécurité.

Plusieurs attaques ont visé des ONG ou la force de maintien de la paix ONU-Union africaine au Darfour depuis le mandat d'arrêt délivré le 4 mars par la Cour pénale internationale (CPI) contre le président Omar el-Béchir pour crimes de guerre et contre l'humanité au Darfour.

Du 11 au 14 mars, quatre travailleurs humanitaires de l'ONG Médecins sans Frontières -un Français, un Italien, une Canadienne et un Soudanais-, ont été enlevés par des inconnus au Darfour. Ils ont été libérés sans violence ni versement de rançon, selon des responsables et l'ONG.

Les autorités soudanaises ont attribué ce crime à un groupe obscur nommé «les Aigles d'el-Béchir» en référence au président soudanais.

Le 17 mars, un soldat de la force de maintien de la paix ONU-Union africaine a été tué dans une attaque au Darfour par des hommes armés près de Nyala, au Darfour-Sud.

Et avant le mandat d'arrêt, deux employés soudanais de l'ONG française Aide médicale internationale ont été tués fin février dans une embuscade près de Khor Abéché dans le Darfour-Sud. Il s'agissait des premiers travailleurs humanitaires morts cette année dans cette vaste région de l'ouest soudanais.

En réponse à la décision de la CPI, Khartoum a ordonné l'expulsion de 13 des plus importantes ONG internationales actives au Darfour accusées de collaboration avec la CPI et d'espionnage.

La guerre au Darfour a fait 300.000 morts selon l'ONU depuis 2003, un chiffre contesté par Khartoum qui évalue à 10.000 les décès liés aux combats. En outre, 2,7 millions de personnes ont été déplacées et dépendent des aides des ONG.