Avant le 11 septembre 2001, les scènes de torture étaient plutôt rares à la télévision américaine. De 1996 à 2001, il y en a eu 102, selon le Parents Television Council, un groupe qui compile ce genre de données. De 2002 à 2005, le nombre est passé à 624. Personne ne s'étonnera d'apprendre que la série 24 est championne de la catégorie.La tendance inquiète certains. Récemment, selon cet article, le groupe Human Rights First a organisé une rencontre entre les producteurs de 24 et des spécialistes des techniques d'interrogation. Ceux-ci ne considèrent pas la série comme un simple divertissement. Ils estiment qu'elle exerce une influence réelle sur les militaires américains qui se retrouvent dans des prisons comme Guantanamo ou Abou Ghraib.

Richard Hétu

«Je suis consterné par le fait qu'on puisse montrer les bons gars utilisant avec succès des tactiques que je considère illégales, immorales et stupides», déclare le colonnel Stu Herrington, qui enseigne les méthodes d'interrogation à l'académie militaire West Point. «Quand les bons gars font quelque chose de mal et gagnent, ça me dérange.»

Selon un producteur de 24, Howard Gordon, l'augmentation du nombre de scènes de torture à la télévision tiendrait en partie aux sentiments de colère et d'impuissance qui rongent les États-Unis depuis le 2001. Quoi qu'il en soit, la vedette de sa série, Jack Bauer, reprendra le collier ce soir. Au cours d'un épisode récent, il a torturé son propre frère.