Dans un article publié aujourd'hui à la une, le New York Times fait état des efforts déployés par Barack Obama pour convaincre les gros bonnets de la finance de donner de l'argent à sa campagne présidentielle de 2012 comme ils l'ont fait pour celle de 2008. S'il faut se fier au reportage du Times, le président devra se passer d'une partie de ses anciens appuis à Wall Street, qui préféreront miser sur son adversaire républicain.

Richard Hétu

Mais pourquoi donc? Serait-ce que Barack Obama n'est pas tout à fait le pantin de Wall Street que certains de ses critiques voient en lui? Serait-ce que sa réforme du système financier, malgré ses compromis, indispose certains banquiers? À moins que ces derniers n'aient tout simplement pas aimé se faire traiter de fat cats par le président...