Richard Hétu

Mitt Romney a déjà appelé de ses voeux l'invalidation de la décision Roe contre Wade de la Cour suprême qui a légalisé l'avortement aux États-Unis en 1973. Mais il pense que l'avortement devrait rester un «choix en cas de viol, d'inceste et pour sauver la vie de la mère», rappelle une femme qui tient la vedette d'une nouvelle pub diffusée par le candidat républicain.

Cette pub a pour but de convaincre les électrices modérées ou indépendantes que l'ancien gouverneur du Massachusetts n'est pas un extrémiste en matière d'avortement (ou de contraception). Ce qu'elle ne dit pas c'est que l'invalidation de la décision Roe contre Wade mènerait probablement à l'interdiction dans certains États conservateurs de l'avortement en toutes circonstances.

Le camp de Mitt Romney a lancé une autre nouvelle pub destinée à l'électorat féminin. Le spot donne la parole à des femmes ayant fait partie du cabinet de l'ancien gouverneur du Massachusetts. De toute évidence, le candidat républicain veut faire oublier sa déclaration sur les «classeurs remplis de femmes» faite lors du deuxième débat présidentiel et que Barack Obama a exploitée hier :

Les femmes pourraient jouer un rôle décisif dans l'issue de l'élection présidentielle du 6 novembre. Dans plusieurs sondages, Mitt Romney a réduit de façon marquée le retard qu'il accusait sur Barack Obama auprès de cet électorat.

Lors du débat de mardi, le président a multiplié les appels aux femmes, accusant son rival de vouloir éliminer le financement de soins médicaux pour les femmes, bloquer l'accès aux moyens de contraception et combattre les lois sur l'équité salariale.