Publié le 9 oct. 2016
Richard Hétu

Coup de théâtre à St. Louis : à quelque 90 minutes du deuxième débat présidentiel, Donald Trump s'est présenté dans une salle d'hôtel avec trois accusatrices de Bill Clinton et une quatrième femme qui reproche à Hillary Clinton d'avoir défendu avec succès en tant qu'avocate un homme qui était accusé de l'avoir violée en 1975.

La vidéo de la rencontre a été publiée sur la page Facebook de Trump.

Juanita Broaddrick, Kathleen Willey et Paula Jones sont les accusatrices de l'ancien président. Broaddrick a formulé les allégations les plus sérieuses contre ce dernier. En 1999, cette infirmière à la retraite a affirmé avoir été violée par Clinton alors qu'elle travaillait bénévolement pour son élection au poste de gouverneur d'Arkansas en 1978.

«M. Trump a peut-être dit quelques mauvais mots, mais Bill Clinton m'a violée et Hillary Clinton m'a menacée. Je ne pense pas qu'il y ait aucune comparaison», a déclaré Broaddrick lors de rencontre à St. Louis.

Clinton a nié par le passé les accusations de Broaddrick et de Willey, qui a affirmé avoir été pelotée par l'ancien président. Celui-ci a par ailleurs négocié en 1998 un règlement hors cour avec Jones après que la plainte pour harcèlement sexuel de cette ex-employée de l'État d'Arkansas eut été rejetée par un juge. L'entente prévoyait que Jones ne ferait pas appel de ce jugement et n'impliquait pas un aveu de culpabilité de la part de celui qui occupait alors le Bureau ovale.

Reste à voir si Trump reviendra sur le sujet face à sa rivale démocrate. Une certaine droite espérait depuis longtemps que le candidat républicain à la présidence les ramène sur le tapis les scandales sexuels passés de Clinton.