Publié le 11 oct. 2017
Richard Hétu

Que s'est-il passé lors de la réunion de l'équipe de sécurité nationale de Donald Trump au sortir de laquelle Rex Tillerson aurait traité le président de «débile» (moron)?

Selon ce reportage de NBC News, Trump a notamment réclamé une multiplication par dix de l'arsenal nucléaire américain, surprenant les membres civils et militaires de son équipe de sécurité nationale.

La demande du président est survenue après la présentation d'un graphique montrant la diminution continue du nombre d'armes nucléaires américains depuis la fin des années 1960. Après avoir vu le graphique, Trump a exigé que cette tendance soit renversée.

Selon NBC News, ses conseillers ont dû lui expliquer les raisons stratégiques et juridiques pour lesquelles une augmentation du nombre d'armes nucléaires n'était pas dans l'intérêt américain. Ils ont notamment fait valoir que l'arsenal actuel des États-Unis (environ 4 000 armes nucléaires) était en fait plus puissant aujourd'hui qu'à la fin des années 1960.

Et ils ont rappelé les traités signés par tous les présidents depuis Ronald Reagan visant à diminuer les stocks d'armes nucléaires des grandes puissances.

Les conseillers du président ont quitté la rencontre en se demandant si Trump avait compris la posture américaine en matière d'armes nucléaires. Posture qui ne changera pas à moins d'une démarche formelle en ce sens.

Il n'est cependant pas certain que Tillerson avait en tête cette situation lorsque, selon des témoins cités par NBC News, il a traité le président de «débile». Précisons qu'une porte-parole du secrétaire d'État a nié qu'il se soit servi de ce terme pour parler de Trump. Tillerson n'a lui-même pas nié la chose quand il en a eu l'occasion.