Publié le 12 déc. 2017
Richard Hétu

Candidate probable à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020, la sénatrice de New York Kirsten Gillibrand a suivi hier l'exemple de trois de ses collègues, incluant Bernie Sanders (Vermont) et Cory Booker (New Jersey), et réclamé la démission de Donald Trump en raison des accusations d'inconduites sexuelles dont il fait l'objet.

Si le président ne démissionne pas, le Congrès devrait enquêter sur les allégations formulées par plus de 12 femmes contre lui, a-t-elle affirmé lors d'une entrevue à CNN (voir la vidéo qui coiffe ce billet).

Donald Trump, qui était resté indifférent aux appels des trois autres sénateurs, a choisi de répliquer à Gillibrand ce matin sur Twitter en la traitant de «poids plume» et de «laquais de Chuck Schumer» et en ajoutant qu'elle avait l'habitude de venir «dans mon bureau pour 'quêter' des contributions électorales il n'y a pas longtemps».

Entre parenthèses, il a précisé que la politicienne et mère de famille était prête à «faire n'importe quoi pour les obtenir», une insinuation sexuelle qui n'a échappé à personne.

La réponse de Gillibrand à Trump : «Vous ne pas pouvez pas me faire taire ni les millions qui ont quitté les lignes de touche pour parler de l'inaptitude et de la honte que vous avez apportées dans le Bureau ovale.»

Le bureau de la sénatrice a précisé que celle-ci s'était rendue à une seule reprise au bureau de Trump, en 2010, et que la fille de l'homme d'affaires, Ivanka, avait participé à cette rencontre.