La presse argentine la surnomme «Miss Narco», «Reine de la coco» ou «narco Barbie». Mannequin colombienne de 30 ans, Angie Sanclemente Valencia est soupçonnée de diriger un trafic de cocaïne depuis l'arrestation à l'aéroport de Buenos Aires d'une de ses «mules»: un mannequin de 21 ans, rapporte notre correspondant.

Mis à jour le 27 avr. 2010
Olivier Ubertalli, Collaboration spéciale LA PRESSE

Beauté fatale et trafiquante de drogue: le CV d'Angie n'en finit pas de passionner la presse argentine. Et les photos des courbes sexy de la Colombienne ne font qu'attiser l'intérêt des Argentins.

 

D'autant plus qu'au début du mois, la mère du mannequin recherché par la police s'est déplacée en Argentine pour tenter de démontrer l'innocence de sa fille.

Née en 1979, la Colombienne aux longs cheveux bruns a pris l'habitude de tricher assez tôt. D'abord élue «plus joli visage» de la ville de Barranquilla, où elle participe à des concours de beauté, elle ment sur son état civil lors du concours de Miss Café, remporté à l'âge de 20 ans.

Sa belle-mère d'alors révèle à la presse qu'Angie a nié l'existence de son époux Alejandro, alors que la compétition interdit les candidatures de femmes mariées. La supercherie découverte, Miss Café doit rendre sa couronne. Elle quitte ensuite son mari, crée une agence de mannequins et, d'après la presse, devient la compagne d'un narcotrafiquant mexicain surnommé «el Monstruo» (le Monstre) durant quelques années.

Armée de «narco Barbie»

Aujourd'hui, Angie est en cavale. Depuis l'arrestation en décembre d'un autre mannequin colombien transportant 55 kg de cocaïne, elle a fui l'hôtel 4 étoiles de Buenos Aires où elle logeait, ne laissant derrière elle que son petit chien, un loulou de Poméranie.

Sur la base du témoignage de la jeune fille arrêtée, la police argentine accuse Angie d'avoir utilisé son agence pour organiser un réseau de trafic de drogue entre l'Argentine et l'Europe.

Son projet aurait été de former une armée de «narco Barbie» n'attirant pas trop l'attention des douaniers et payées 5000$ le voyage.

«Il n'y a aucune preuve que cette femme est une chef narco, comme certains le disent», se défend son avocat. Fin mars, il a expliqué à la radio argentine que la belle femme a fui par «peur d'être agressée et violée en prison» en raison de sa «beauté sculpturale».

Mais qu'Angie se rassure: sur l'internet, des centaines d'Argentins proposent maintenant de la cacher durant sa fuite!