Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Barack Obama effectue mercredi une visite en Israël et en Cisjordanie occupée, un terrain miné où il devra clarifier ses positions sur le conflit israélo-palestinien.

Mis à jour le 22 juill. 2008

En une seule journée, il doit rencontrer les dirigeants israélien Ehud Olmert et palestinien Mahmoud Abbas, visiter le mémorial de la Shoah de Yad Vashem ainsi que la ville de Sdérot, dans le sud d'Israël, cible régulières d'attaques de roquettes palestiniennes avant l'entrée en vigueur d'un trêve.

Le sénateur de l'Illinois dînera avec M. Olmert avant de terminer une visite marathon de quinze heures par un passage au premier lieu saint du Judaïsme, le mur des Lamentations, dans la vieille ville de Jérusalem.

M. Obama s'est auparavant rendu en Afghanistan, Irak et Jordanie. Il doit ensuite gagner l'Europe dans le cadre d'une tournée internationale visant se façonner une stature internationale.

Au cours de ses rencontres avec MM. Olmert et Abbas, il doit aborder la question du processus de paix israélo-palestinien que l'administration du président George W. Bush souhaite faire aboutir avant la fin de son mandat.

L'Iran figurera aussi au menu des discussions avec les dirigeants israéliens qui ont fait preuve de réserves sur les propositions de campagne de M. Obama, notamment sur le dossier du nucléaire iranien dans lequel il préconise un dialogue direct avec Téhéran.

Côté palestinien, M. Obama est attendu sur les propos qu'il avait tenu en juin. Il avait affirmé que Jérusalem devait être la capitale indivisible d'Israël, ce qui avait provoquer l'indignation des Palestiniens.