Source ID:; App Source:

Un grand pas en avant pour La Presse

Un des défis de taille de notre société est le maintien d'un journalisme de... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Pierre-Elliott Levasseur

Président de La Presse

Un des défis de taille de notre société est le maintien d'un journalisme de qualité, ce qui passe inévitablement par la survie des grandes salles de nouvelles.

Dans ce contexte, La Presse+ est un succès incontesté d'adhésion et d'estime des lecteurs. Chaque jour, elle est consultée sur 260 000 tablettes en moyenne. Et en ajoutant les plateformes web et mobiles, La Presse rejoint chaque mois 63% de la population adulte francophone au Québec.

Peu de médias d'information profitent d'un engagement aussi fort de ses lecteurs et d'une telle performance dans le monde numérique.

Toutefois, entre le modèle que nous avons conçu en 2010 et la réalité d'aujourd'hui apparaît un écart important en termes de revenus publicitaires dû à la montée fulgurante des géants américains que sont Facebook et Google. À eux deux, ils accaparent près de 80% des revenus publicitaires numériques totaux au Canada.

Et à cette chute des revenus publicitaires, il suffit d'ajouter le vieillissement accéléré des lecteurs de journaux pour comprendre que le modèle d'affaires traditionnel des médias écrits est carrément brisé.

***

La solution

La responsabilité de maintenir une information de qualité accessible à une grande partie de la population est un enjeu de société. Il s'agit d'une question qui touche à la fois les gouvernements, les entreprises, les annonceurs, les citoyens et l'ensemble des employés de La Presse.

La poursuite de ces objectifs ne peut donc être la seule responsabilité d'une seule entreprise, qu'il s'agisse de Power Corporation ou d'une autre.

C'est dans ce contexte que nous avons entrepris, il y a plus d'une année, des discussions constructives avec les deux ordres de gouvernement afin d'appuyer les efforts de transformation coûteux des médias écrits, incluant La Presse.

Québec a répondu rapidement en annonçant un programme universel de soutien aux quotidiens, tandis qu'Ottawa a émis sa volonté d'examiner des concepts de philanthropie.

Cette option découlait du fait qu'il apparaît paradoxal, aux yeux du fédéral, de venir en aide aux journaux alors que ceux-ci sont la propriété de familles riches ou de grandes entreprises.

Des discussions ont alors été entreprises avec l'actionnaire actuel de La Presse dans le but de proposer une approche moderne adaptée à la nouvelle réalité des médias écrits qui répond efficacement aux enjeux soulevés par Google et Facebook. Car les solutions existent pour que les médias écrits comme La Presse accaparent leur juste part des revenus publicitaires, mais elles sont coûteuses, d'où la nécessité d'une aide gouvernementale et d'une diversification des sources de revenus.

Tous les modèles d'affaires ont été évalués au cours des derniers mois. Et aujourd'hui, après une profonde réflexion sur l'avenir de l'entreprise, nous vous annonçons que La Presse volera désormais de ses propres ailes. Pour assurer son développement, elle évoluera au sein d'une structure sans but lucratif chapeautée par une fiducie d'utilité sociale qui deviendra l'unique actionnaire de La Presse. Par souci de transparence, l'acte de fiducie et sa mission seront rendus publics dès sa création.

Tout profit éventuellement généré par les opérations, toute aide gouvernementale, tout argent recueilli auprès de donateurs seront ainsi consacrés aux opérations de La Presse dans le but de continuer de produire une information de qualité accessible au plus grand nombre.

***

Les moyens de réussir

Grâce à ce modèle de financement novateur, La Presse pourra profiter d'un nouveau départ sur une base solide et pérenne.

Cette nouvelle structure ouvrira la porte à l'appui du gouvernement fédéral ainsi que de grands donateurs, de grandes entreprises, des fondations et des citoyens. La Presse pourra aussi compter sur une contribution financière majeure de Power Corporation du Canada de 50 millions de dollars. Power Corporation s'est également montrée disposée à une entente avec les syndicats de façon à sécuriser les obligations passées des régimes de retraite sur une base de continuité des affaires.

Ces deux gestes favoriseront la poursuite du développement de La Presse. Ils nous permettront de continuer à vous livrer chaque jour un média gratuit de grande qualité. Ils nous permettront également de mettre en oeuvre notre plan stratégique et de compléter nos objectifs de développement et d'en assurer le succès.

En ce sens, nous souhaitons ardemment que le gouvernement fédéral mette en oeuvre, dans les plus brefs délais, son intention exprimée au dernier budget de supporter financièrement les médias écrits par le biais, entre autres, de concepts de philanthropie, en plus d'une aide directe à ces derniers pour leur permettre de poursuivre leur mission, essentielle à une saine démocratie.

La Presse a su innover dans le passé. Elle innove encore une fois en adoptant un nouveau modèle adapté aux réalités de l'industrie. Après plusieurs mois de travail conjoint entre la haute direction de La Presse et Power Corporation, je suis convaincu que nous avons trouvé le modèle qui donnera la meilleure chance d'assurer la pérennité de La Presse.

________________________________________________________

Une structure sans but lucratif

De façon pratique, une Fiducie d'utilité sociale sera prochainement constituée. Cette nouvelle structure sans but lucratif deviendra l'unique actionnaire de La Presse, et aucun dividende ne lui sera versé. Tout l'argent recueilli et généré sera consacré aux seules opérations de La Presse.

Ce changement majeur de structure nécessitera l'abrogation d'une disposition d'une Loi privée adoptée en 1967 qui régit la propriété de La Presse. La nouvelle structure sera mise en place dans les meilleurs délais, une fois la disposition législative abrogée, à l'issue du processus législatif usuel.

Dans le cadre du changement de structure, Power Corporation est disposée à mettre en place, avec la collaboration des syndicats, un mécanisme afin de conserver sous sa charge les obligations passées des régimes de retraite sur une base de continuité des affaires. Cela aura entre autres, pour conséquence de réduire les charges financières futures de La Presse tout en étant à l'avantage des retraités et des employés actifs et inactifs qui ont accumulé des rentes jusqu'à la date de la mise en place de la nouvelle structure.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

La liste:-1:liste; la boite:2525685:box; tpl:html.tpl:file

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer