Source ID:546921; App Source:cedromItem

The Walk: coup de foudre sur le plateau

La production du film The Walk n'a pas... (Photo: François Roy, La Presse)

Agrandir

La production du film The Walk n'a pas lésiné sur les détails pour gagner en réalisme en utilisant notamment des Peugot de l'époque.

Photo: François Roy, La Presse

Transformée en rue parisienne des années 70, la rue Saint-Paul était hier le théâtre d'une des scènes les plus importantes du film The Walk, dans lequel l'acteur américain Joseph Gordon-Levitt incarne le célèbre funambule français Philippe Petit. Ce dernier a fait huit fois la traversée, en toute illégalité, entre les sommets des tours jumelles du World Trade Center le 7 août 1974.

En tournage depuis le 26 mai dernier à Montréal, le réalisateur Robert Zemeckis (Retour vers le futur, Seul au monde, Forrest Gump) a réquisitionné une portion de la rue Saint-Paul dans le Vieux-Montréal, entre les rues Saint-Sulpice et Saint-François-Xavier, pour la métamorphoser en quartier parisien gardé par un impressionnant dispositif de sécurité.

La production, s'appuyant sur budget de 35 millions, n'a pas lésiné sur les détails pour gagner en réalisme. Citroën DS de l'époque, vieux vélos, tables de bistros parisiens et panneaux de signalisation français: rien n'a été laissé au hasard.

Rue Saint-Paul métamorphosée

C'est sur le parvis de l'ancien édifice de la douane transformé en hôtel de ville de Paris que la scène du coup de foudre entre Philippe Petit (Joseph Gordon-Levitt) et son ex-conjointe Annie (Charlotte Le Bon) a été tournée hier sous les yeux de la cinquantaine de figurants assis sur les terrasses des bistros qui avaient fleuri rue Saint-Paul pour les besoins du film, métamorphosant ainsi le Café Van Houtte en bistro Le Cheval blanc et le restaurant Dolcetto & Co en café, mais aussi en fleuriste.

Si, en réalité, Annie était mime de rue quand elle a rencontré son futur époux, le personnage de Charlotte Le Bon dans The Walk chante pour les passants, guitare à la main, alors que Philippe Petit jongle sur un monocycle. Selon nos sources, Joseph Gordon-Levitt aurait été doublé pour cette scène.

L'histoire veut qu'Annie, en colère contre Philippe, l'ait accusé de lui dérober son public. Après avoir accepté d'aller prendre un verre avec lui, elle serait immédiatement tombée sous son charme.

À partir de cette rencontre, la jeune femme a été de toutes les aventures de son conjoint parti à l'assaut des tours de Notre-Dame de Paris en juin 1971, puis des arches du pont de Sydney, deux ans plus tard. Un amour qui sera mis en danger par la passion sans limites de Philippe Petit pour le funambulisme. Le couple se séparera en 1974 tout juste après la traversée illégale de Philippe Petit entre les sommets des tours jumelles du World Trade Center.

«Quand je vois trois oranges, je jongle; quand je vois deux tours, j'ai envie de passer de l'une à l'autre», avait déclaré le funambule lors de son arrestation ce jour-là.

Une histoire déjà revisitée en 2008 par le réalisateur britannique James March, dont le documentaire de 90 minutes Man on Wire, basé sur To Reach the Clouds, l'ouvrage autobiographique de Philippe Petit publié en 2002, a remporté l'Oscar du meilleur documentaire en 2009. Le long métrage de Robert Zemeckis est lui aussi inspiré de ce récit.

The Walk met également en vedette Ben Kingsley dans le rôle du mentor de Philippe Petit et sortira en salles le 2 octobre 2015.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer