(Paris) L’acteur Richard Berry est visé par des accusations d’inceste de sa fille aînée, qu’il récuse et sur lesquelles la justice a ouvert une enquête, dans un contexte de libération de la parole des victimes de ces violences sexuelles.

Mis à jour le 3 févr. 2021
Francois BECKER Agence France-Presse

L’enquête préliminaire est ouverte depuis le dépôt le 25 janvier d’une plainte par Coline Berry, 45 ans, dénonçant « des faits de viols et agressions sexuelles sur mineur de 15 ans par ascendant et corruption de mineur », a précisé le parquet de Paris à l’AFP.

Elle a été confiée à la brigade de protection des mineurs (BPM). Selon une source proche du dossier, la plaignante, née en 1976 de l’union entre Richard Berry et l’actrice Catherine Hiegel, n’a pas été entendue.

« Je démens »

Cette affaire éclate alors que le sujet de l’inceste est depuis un mois sur la place publique, après la parution de La Familia Grande, récit de Camille Kouchner où elle accuse son beau-père, le politologue Olivier Duhamel, d’avoir agressé sexuellement son frère jumeau dans les années 1980.

Le gouvernement s’est saisi du sujet, et le président Emmanuel Macron a déclaré vouloir « adapter » le droit pour protéger les enfants victimes.

Richard Berry, 70 ans, conteste en bloc les accusations et a martelé dès mardi : « je démens de toutes mes forces et sans ambiguïté ces accusations immondes ».

Figure familière des spectateurs, aussi bien pour ses rôles dans des comédies populaires comme Pédale douce (1996) que dans des films plus graves (L’origine de la violence, 2016), Richard Berry est aussi un habitué des planches, tête d’affiche avant la fermeture des théâtres pour cause de pandémie de la pièce à succès « Plaidoiries », où il se mettait dans la robe de cinq ténors du barreau.

La compagne de Richard Berry à l’époque des faits allégués, la chanteuse américaine Jeane Manson, a réfuté des accusations remontant à 1984-1985, « invraisemblables » selon elle. Et déploré d’être « prise à partie dans un règlement de comptes familial ».

« Jamais durant une courte vie commune et à l’occasion des droits de visite restreints de Richard Berry sur sa fille, je n’ai constaté des comportements inappropriés de celui-ci sur Coline », a-t-elle ajouté dans un communiqué transmis à l’AFP.

De son côté, Coline Berry affirme que sa plainte est « un acte grave, réfléchi et pondéré », après le démenti de son père.

Dans un message sur Instagram, elle précise avoir été, enfant, « embrassée par son père sur la bouche avec la langue » et avoir « dû participer à ses jeux sexuels dans un contexte de violences conjugales notoires ».

> Consultez la story de Coline Berry

« Que la vérité soit faite »

« Ma narration des faits n’a jamais varié, nombre de témoignages peuvent être fournis », ajoute-t-elle, attendant de la justice « que la vérité soit faite sur ce que mon père a fait subir à l’enfant que j’étais, et sur la violence qu’il continue à tenter d’exercer sur moi ».

Dénonçant des « allégations […] fausses », Richard Berry a martelé n’avoir « jamais eu de relations déplacées ou incestueuses avec Coline, ni avec aucun » de ses enfants. Il s’en est pris au récit de sa fille, qui aurait « évolué avec le temps », et « à nouveau » après la parution du témoignage de Camille Kouchner.

> Consultez la story de Richard Berry

Ce récit « a été démenti, renouvelé et enrichi par elle au gré des interlocuteurs ou de l’actualité. Pendant des années, j’ai tenté de lui parler […] sans succès. Je m’en suis ouvert à des psychiatres, à ma famille, à mes amis », affirme l’acteur, qui dit avoir « immédiatement fait écrire au procureur de Paris pour lui demander, malgré la prescription, qu’une enquête approfondie soit diligentée » pour établir la « vérité ».

De son côté, Coline Berry assure être « soutenue » par sa mère, « des proches, ainsi que des membres de (sa) famille ». L’actrice Marilou Berry, cousine de Coline Berry, a affiché son « soutien » à cette dernière.

« Ce qui a évolué au fil du temps, c’est son attitude : de la violence première, il est ensuite passé à la sollicitation moite pour que je “passe l’éponge” ou ne le fasse pas passer pour un “pédocriminel” », poursuit Coline Berry à propos de son père.