Les films Lune de Zoé Pelchat et Y’a pas d’heure pour les femmes de Sarra El Abed seront présentés en compétition internationale lors de la 43e édition du Festival du court métrage de Clermont-Ferrand, évènement phare du format court dans le monde.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

Ces deux films constituent le fer de lance d’une forte délégation d’œuvres québécoises, de fiction, documentaires et d’animation, sélectionnées tant en compétition que dans les autres catégories et au très couru marché du film tenu en parallèle.

Ainsi, l’Office national du film (ONF) présentera deux coproductions, L’art est dans le sang et Caché, alors que plusieurs autres films québécois, sous la supervision de l’organisme Prends ça court ! et du festival REGARD, sont inscrits au marché du film.

Tenu en ligne pour les raisons que l’on sait, le festival a lieu du 29 janvier au 6 février.

Mettant en vedette Joanie Martel et Alexandre Lavigne, Lune suit le parcours d’une jeune femme qui, récemment sortie de prison et ayant peu confiance en elle, tente de faire sa place dans le monde. Le film fait la tournée des festivals depuis quelques mois déjà et a fait sa rentrée québécoise en octobre 2020 au Festival du nouveau cinéma.

PHOTO FOURNIE PAR TRAVELLING DISTRIBUTION

Une scène de Y’a pas d’heure pour les femmes, de Sarra El Abed

Vu en novembre aux RIDM, Y’a pas d’heure pour les femmes est par ailleurs le quatrième film de Sarra El Abed. Tourné en Tunisie en 2019, ce documentaire nous amène à la rencontre de femmes qui, à la veille d’une élection présidentielle, discutent de politique dans un salon de coiffure de la capitale, Tunis.

Habitué de Clermont-Ferrand, l’ONF y présentera en première mondiale et en compétition internationale le film L’art dans le sang, court métrage d’animation de Joanna Quinn, qui fut deux fois finaliste aux Oscars. Dans un scénario de Les Mills, le film fait la chronique déjantée d’une famille excentrique à travers le regard de Beryl, femme convaincue de son génie artistique.

IMAGE FOURNIE PAR L’ONF

Une scène du court métrage d’animation Caché

En première européenne, l’œuvre Hide (Caché), de Daniel Gray, est inscrite à la Compétition LABO. L’histoire est celle de deux frères qui, jouant à cache-cache, se retrouvent à l’abri dans une petite armoire où ils passent des décennies ! « Caché est un film déchirant et prophétique sur les liens familiaux, l’angoisse sociale et l’isolement dans un monde devenu incohérent et méconnaissable », indique l’ONF par communiqué.

Au marché du film, Danny Lennon de Prends ça court ! présentera les œuvres suivantes : Amani, d’Alliah Fafin, Beast, de Benjamin Nicolas, Résonance, de Maxime-Claude L’Écuyer, Au plaisir les ordures, de Romain Dumont, Imelda 2 et 3, de Martin Villeneuve, Le danger en face, d’Alexis Chartrand, Tranche de nuit, de Maxime Genois, Les filles ne marchent pas seules la nuit, de Katerine Martineau, et Rosa, du tandem Jean-Michel Gervais/Gabriel J. Lemay.

Enfin, sous la houlette du festival REGARD, une autre brochette de films seront présentés au marché du film autour du thème Québec en courts. Les œuvres sélectionnées sont Les grandes claques, d’Annie St-Pierre, Frimas, de Marianne Farley, La marche, de Yoakim Bélanger, CHSLD, de François Delisle, Amani, d’Alliah Fafin, Face, de Samuel Mac, Acting Out, de Jean-Sébastien Beaudoin Gagnon, et Babatoura, de Guillaume Collin.