Le syndrome du titre de ce recueil est celui des coeurs brisés. Le coeur a ses raisons, toutes les raisons au monde, en fait, de battre, même de s'arrêter de battre.

MARIO CLOUTIER LA PRESSE

Dans ces 17 nouvelles au rythme maîtrisé et au propos clair, Mireille Gagné n'abuse pourtant pas du mot «coeur». On pourrait plutôt dire que l'auteure saisit ce qui se passe entre deux battements.

Dans l'excitation, la peur, l'angoisse, l'espoir, le moment de l'explosion de joie ou celui du trépas. Elle aborde des sujets aussi variés que la chasse à l'oie, le sadomasochisme, les nouvelles technologies, les bonsaïs et les cerisiers en fleurs.

Même si une certaine formule se développe dans la longueur même des nouvelles, le cinquième livre de Mireille Gagné possède un remarquable respect de la ligne, au sens des arts visuels.

Ces courts récits originaux font penser, oui, à de fines estampes japonaises. Éthérées et touchantes à la fois.

* * * 1/2

Le syndrome de takotsubo. Mireille Gagné. Sémaphore. 117 pages.