Jusqu'où peut-on aller pour se venger? Très loin, selon Amélie Nothomb, qui a tricoté un récit un peu tiré par les cheveux à propos d'un homme sans coeur dont toute la vie est motivée par la vengeance.

Publié le 18 sept. 2018
Nathalie Collard LA PRESSE

Dans une relation aux airs de prise d'otage, Claude et Dominique (qui portent des prénoms épicènes, c'est-à-dire qui peuvent être utilisés autant au masculin qu'au féminin) mènent une vie basée sur le mensonge.

Jusqu'au jour où les sombres motivations de Claude sont dévoilées au grand jour. À la fin, comme dans n'importe quel conte moraliste, les méchants seront punis et les gentils s'en sortiront.

Nothomb signe ici un roman divertissant, mais sans plus, un roman qu'on oublie dès la dernière page lue.

* * 1/2

Les prénoms épicènes. Amélie Nothomb. Albin Michel. 170 pages.