L'intrépide Hilmu avait tout planifié: grâce à sa «banque de goyaves», il pouvait désormais se lancer à la conquête de la grande ville. Un vaste projet chamboulé en un tour de main, quand il découvre au creux de sa paume un pouvoir thaumaturgique qui l'aiguillera sur un chemin initiatique rocambolesque à travers l'Inde, ponctué de lépreux, de pèlerinages et même de l'instauration - contre son gré - d'un culte de sa personne.

Mis à jour le 14 avr. 2015
Sylvain Sarrazin LA PRESSE

Au fil du récit est palpable une solide maîtrise des décors, fruit d'un long séjour sur le terrain du globe-trotter Ugo Monticone. Jamais on ne se sent berné par une mise en scène pseudo-orientale, écueil typique du genre.

Mais l'effort le plus impressionnant pour restituer l'atmosphère indienne se concrétise dans une version numérique pour tablettes (iPad uniquement), aussi élégante que novatrice.

» Lire notre article sur ce livre numérique nouveau genre

On y retrouve l'intégralité du roman, agrémentée de photos, de vidéos et d'extraits sonores captés sur place. Une lecture «immersive» fort bien édifiée et captivante, au cours de laquelle les lecteurs de La Presse+ ne seront pas dépaysés, la navigation étant relativement similaire.

Une voie d'avenir pour le livre?

* * * 1/2

Le vendeur de goyaves. Ugo Monticone. Triptyque. 160 pages.