Oui, on parle bien du livre To Kill a Mockingbird, publié en 1960 par l'Américaine Harper Lee, qui lui a valu un prix Pulitzer.

JEAN SIAG LA PRESSE

Après des adaptations au théâtre et au cinéma, Grasset publie ces jours-ci la bédé, fidèle à l'oeuvre originale.

Comme dans le roman, l'histoire (traduite en français) est narrée par une fillette de 6 ans (Scout) qui vit dans la ville fictive de Maycomb, en Alabama, dans les années 30 (en pleine dépression).

Il est bien sûr question de leur mystérieux voisin Boo Radley et du fameux procès de Tom Robinson, homme noir accusé injustement de viol et représenté par le père de Scout.

Si les dessins de l'Anglais Fred Fordham manquent un peu d'originalité, on comprend qu'ils sont entièrement au service du récit, toujours aussi poignant, qui renaît sous une autre forme. Et de cela, on se réjouit.

* * * 1/2

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur. Harper Lee (adaptation et dessins de Fred Fordham). Grasset, 273 pages.