«Une année bénie sur tous les plans et vertigineuse», lance Fanny Britt pour résumer 2013.

Publié le 22 déc. 2013
Marie-Christine Blais LA PRESSE

Qu'on en juge sur pièces: la jeune femme s'est en effet illustrée: a) comme auteure jeunesse (grâce à sa BD Jane, le renard et moi, couronnée par plusieurs prix et nominations au Québec, à Toronto, à New York et en France, traduite en anglais pour le Canada et la Grande-Bretagne, et adaptée sous peu en espagnol, en italien, en coréen, en allemand); b) comme dramaturge (pour sa pièce Bienveillance, prix du Gouverneur général 2013, en reprise et en tournée partout en 2014); c) comme essayiste (avec son tout premier essai à succès Les tranchées: maternité, ambiguïté et féminisme, en fragments).

A-t-on, par ailleurs, mentionné que son travail de traductrice-adaptatrice en théâtre (pour L'ouest solitaire de Martin McDonagh, Amour/Argent de Dennis Kelly...) a été aussi souligné à plusieurs reprises?

«En plus, je me suis mariée cette année et je suis devenue propriétaire pour la première fois de ma vie. Une chance que l'entrée d'eau a pété, sinon ça me ferait peur, autant de bonnes choses!», commente Fanny Britt avec son sens imparable de l'autodérision.

Écrire et être reconnu, c'est déjà beaucoup. Mais écrire dans divers genres littéraires et être reconnu dans tous ces genres, c'est franchement énorme, non?

«Au point que je me suis sérieusement demandée si je ne m'éparpillais pas trop et si je n'étais pas, comme disait mon grand-père Skip, Jack of all trades, King of nothing (homme à tout faire, roi de rien), répond-elle en riant. Finalement, je me suis calmée en me rendant compte que ce que je fais, dans tous les cas, ce sont des mots et des histoires. Bref, ça part toujours du même banjo!»

Idole

Impossible de s'entretenir avec Fanny Britt sans que celle-ci parle avec chaleur de l'illustratrice Isabelle Arsenault, qui a fabuleusement dessiné le roman graphique Jane, le renard et moi et illustré l'essai Les tranchées.

«Isabelle est mon idole, ce sont ses illustrations qui font une oeuvre de Jane, le renard et moi, c'est elle qui a reçu la plaque du journal The New York Times parce que notre livre figure sur sa liste des 10 meilleurs livres illustrés 2013», assure Fanny Britt.

Les deux jeunes femmes poursuivront sur leur lancée l'an prochain, puisque leur belle BD, publiée par La Pastèque, a été choisie pour être en compétition au prestigieux 41e Festival de la bande dessinée d'Angoulême.

C'est la première fois que deux Québécoises obtiennent une telle reconnaissance. Seuls Michel Rabagliati et Guy Delisle avaient été sélectionnés à ce jour pour le volet compétition de ce grand festival de BD, le plus important en Europe.