Yôko Ogawa

Éric Clément LA PRESSE

Actes Sud/Leméac 192 pages

***

Dans son 23e ouvrage traduit en français par Actes Sud, la romancière japonaise Yôko Ogawa forge de sa plume poétique une histoire de touristes japonais pris en otage par des terroristes. Les otages se libèrent momentanément l'esprit et tentent d'évacuer leur peur en écrivant et en racontant, chacun, un épisode de leur vie. «Le futur, quel qu'il soit, n'abîmera jamais le passé enfermé au fond de chacun de nous, écrit Ogawa. Il nous suffit de le recueillir doucement, de le réchauffer sur notre paume et de le lancer sur l'embarcation des mots.» Ces bribes de vie qui forment les lectures des otages permettent à la romancière d'aborder les thèmes de l'entraide, du sens du devoir, de la compassion, de la déférence et de notre capacité à nous émerveiller. Elle évoque ce monde beau et fragile qui nous entoure et qu'elle voit hypothéqué par la folie des hommes. Avec son écriture détaillée, simple et qui distille une philosophie ancrée dans la vertu et le sens du geste, Ogawa sème l'émotion dans ces pages. Ce roman - qui n'est sans doute pas son meilleur - est toutefois un bel hommage aux traces que chacun laisse derrière soi, un hommage à la vie et au respect de la vie.