La 20e édition des Correspondances d’Eastman, dont la porte-parole est Fanny Mallette, se déroulera du 9 au 11 septembre sous le thème de la mémoire. La programmation du festival littéraire a été dévoilée ce matin.

Publié le 16 juin
Hénia Ould-Hammou
Hénia Ould-Hammou La Presse

Parmi les voix artistiques québécoises qui s’exprimeront au Théâtre La Marjolaine et dans les environs, l’auteure-compositrice-interprète Catherine Major chantera la mémoire individuelle et l’enfance profonde. La mémoire collective, notamment celle des femmes, sera mise à l’honneur par l’essayiste et romancière Martine Delvaux.

Accompagnée musicalement par l’orchestre de chambre québécois I Musici, l’écrivaine Hélène Dorion narrera la mémoire écologique des forêts anciennes. Le journaliste Yanick Villedieu et l’actrice Marika Lhoumeau, quant à eux, liront les lettres biologiques du Frère Marie-Victorin mettant en lumière la « mémoire sexuelle et cellulaire », indique le communiqué de presse du festival.

Les Grandes Entrevues permettront au poète Rodney Saint-Éloi et à l’écrivain Gérard Bouchard de réfléchir au passé lointain ou récent. Les festivaliers pourront aussi participer à des cafés littéraires et soumettre un texte sur la mémoire villageoise jusqu’au 1er septembre.

« La mémoire est une des questions les plus riches qui soient en littérature, a déclaré le directeur général et artistique Étienne Beaulieu. Elle traverse toute l’histoire, depuis Homère, en passant par Marcel Proust, et, ici au Québec, elle touche des œuvres aussi importantes que celles d’Anne Hébert ou de Gabrielle Roy. Nos invités parleront de la mémoire dans leurs œuvres, de celle qui fait écrire et qui donne un sens au présent et même au futur. »

Consultez le site des Correspondances d’Eastman