L’Association des libraires du Québec (ALQ) a dévoilé ce jeudi les 24 finalistes de l’édition 2022 du Prix des libraires du Québec, alors que la lecture connaît un engouement sans pareil depuis deux ans.

Publié le 27 janvier
Laila Maalouf
Laila Maalouf La Presse

Ces titres d’ici et d’ailleurs ont su charmer les différents comités en provenance de librairies indépendantes, de chaînes et de coopératives en milieu scolaire qui voteront dès maintenant pour désigner un gagnant dans chacune des six catégories.

Dans la catégorie roman-nouvelles-récit québécois, cinq titres se sont démarqués : Après Céleste, de Maude Nepveu-Villeneuve (Ta mère), La fille d’elle-même, de Gabrielle Boulianne-Tremblay (Marchand de feuilles), Les ombres filantes, de Christian Guay-Poliquin (La Peuplade), Mille secrets mille dangers, d’Alain Farah (Le Quartanier) et Tout est ori, de Paul Serge Forest (VLB).

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

Christian Guay-Poliquin fait partie des finalistes dans la catégorie roman-nouvelles-récit pour Les ombres filantes (La Peuplade).

Hors-Québec, les romans, nouvelles et récits qui ont été retenus sont Deacon King Kong, de James McBride (Gallmeister), Et d’un seul bras, la sœur balaie sa maison, de Cherie Jones (Calmann-Lévy), Madame Hayat, d’Ahmet Altan (Actes Sud), Notre part de nuit, de Mariana Enriquez (Du sous-sol) et True story, de Kate Reed Petty (Gallmeister).

Du côté des essais québécois, les quatre finalistes sont Auassat : À la recherche des enfants disparus, d’Anne Panasuk (Edito), Filles corsaires, de Camille Toffoli (Remue-Ménage), L’œil du maître, de Dalie Giroux (Mémoire d’encrier) et Les racistes n’ont jamais vu la mer, de Rodney Saint-Eloi et Yara El-Ghadban (Mémoire d’encrier).

PHOTO CATHERINE LEFEBVRE, ARCHIVES LA PRESSE

Camille Toffoli s’est retrouvée parmi les finalistes de la catégorie essai pour Filles corsaires (Remue-Ménage).

Quatre titres ont également été sélectionnés dans la catégorie poésie québécoise, soit Fouiller les décombres, de Flavia Garcia (Mémoire d’encrier), Habitantes, d’Anick Arsenault (L’Écrou), La voleuse, de Daria Colonna (Poètes de brousse) et Quand je ne dis rien je pense encore, de Camille Readman Prud’homme (L’Oie de Cravan).

Parmi les bandes dessinées québécoises, trois titres se sont démarqués : Le petit astronaute, de Jean-Paul Eid (La Pastèque), Mégantic-Un train dans la nuit, d’Anne-Marie Saint-Cerny et Christian Quesnel (Écosociété) et Temps libre, de Mélanie Leclerc (Mécanique Générale). Trois autres bandes dessinées ont aussi été sélectionnées dans la catégorie hors-Québec : J’ai tué le soleil, de Winshluss (Gallimard), La désolation, d’Appollo et Christophe Gaultier (Dargaud) et René. e aux bois dormants, d’Elene Usdin (Sarbacane).

Les lauréats seront annoncés le 11 mai prochain. Le Prix d’excellence de l’ALQ sera également remis à cette occasion pour souligner le travail exceptionnel d’un libraire.

Consultez le site du Prix des libraires du Québec