Les choix de nos journalistes parmi les sorties bande dessinée de 2021

Publié le 27 déc. 2021
Stéphanie Morin
Stéphanie Morin La Presse
Alexandre Vigneault
Alexandre Vigneault La Presse

La conquête du cosmos

Avec cet album « qui fait la passe à la course à l’espace », les Québécois Francis Desharnais et Alexandre Fontaine Rousseau nous ont offert une des bandes dessinées les plus drôles de l’année. Les deux bédéistes revisitent la conquête spatiale avec une irrévérence totale, nous donnant droit à des planches absurdes et complètement déjantées, dignes du Gotlib des belles années. (S. M.)

La conquête du cosmos

La conquête du cosmos

Pow Pow

208 pages

La baleine bibliothèque

Cet album, l’un des plus beaux de la cuvée 2021, raconte l’amitié improbable entre un facteur des mers et une baleine amoureuse de littérature au ventre chargé de bouquins. Malgré sa fin tragique, ce conte tendre et poétique a tout pour ravir les cœurs des petits comme des plus grands. On a craqué pour les somptueuses aquarelles bleutées de Judith Vanistendael, qu’on aurait voulu encadrer. Un ravissement ! (S. M.)

La baleine bibliothèque

La baleine bibliothèque

Le Lombard

78 pages

Contrapaso – 1. Les enfants des autres

À mi-chemin entre le roman noir, le thriller psychologique et l’enquête journalistique, cet album fort bien tricoté nous transporte dans l’Espagne des années 1950. Deux journalistes que tout oppose vont s’unir pour débusquer les tout-puissants qui se cachent au chaud sous le régime de Franco. Un récit haletant, des dessins pleins de vivacité… le premier tome de ce diptyque est une réussite sur tous les plans ! (S. M.)

Contrapaso – 1. Les enfants des autres

Contrapaso – 1. Les enfants des autres

Dupuis

138 pages

Le tambour de la Moskova

Inspirée par un personnage secondaire de Guerre et paix, cette BD à la facture graphique puissante raconte l’histoire de Vincent Bosse, tambour pour les troupes napoléoniennes à Borodino en 1812. Cette œuvre fort bien documentée, portée par le solide sens de la narration du Néerlandais Simon Spruyt, rappelle que même les visages les plus purs cachent en leur âme leurs lots de cadavres, de trahisons et de lâchetés… (S. M.)

Le tambour de la Moskova

Le tambour de la Moskova

Le Lombard

120 pages

Blacksad – Alors, tout tombe (première partie)

Huit ans qu’on attendait le retour du plus célèbre privé à tête de chat de l’histoire de la BD. John Blacksad nous est revenu en grande forme dans cet album campé à New York, une ville aux prises avec de sérieux problèmes de corruption. Quel bonheur de retrouver les beaux dessins zoomorphiques de Guarnido, accompagnés ici d’un scénario joliment ficelé. Seul hic : il faudra attendre 2023 pour connaître la fin de ce diptyque si bien amorcé. (S. M.)

Blacksad – Alors, tout tombe (première partie)

Blacksad – Alors, tout tombe (première partie)

Dargaud

60 pages

1984

L’œuvre emblématique de George Orwell ressurgit dans toute sa puissance glaçante sous la plume de Xavier Coste. L’approche visuelle, entre un impressionnisme fin et une esthétique inspirée autant par l’architecture brutaliste que par la propagande soviétique, est fantastique. Or, ce qui tient ce récit, c’est la manière habile avec laquelle le bédéiste a transposé la narration en sachant créer un ton intime. Quel tour de force ! (A. V.)

1984

1984

Éditions Sarbacane

224 pages

Le divin scénario

Le divin scénario puise dans les grands récits (de la Bible à Madame Bovary en passant par les Mille et une nuits) pour parler d’amour. L’archange Gabriel, un employé un peu désinvolte de Dieu, y est chargé de trouver une femme à son patron qui, déçu de la Terre, veut avoir un fils pour aller mettre de l’ordre dans tout ça. Le scénario est loufoque, le visuel foisonnant et l’humour, vif. Que demander de plus ? (A. V.)

Le divin scénario

Le divin scénario

Actes Sud – l’an 2

183 pages

Le petit astronaute

Ne vous fiez pas au titre : Le petit astronaute n’est pas une aventure de science-fiction ni un conte pour enfants. C’est l’histoire extrêmement touchante d’un garçon atteint de paralysie cérébrale et de sa famille – celle du bédéiste. Jean-Paul Eid déploie ici tout son art dans une narration fine, qui jongle habilement entre le sombre et le lumineux, le réel et l’imaginaire, et une palette de couleurs toujours enveloppante. Une grande bande dessinée. (A. V.)

Le petit astronaute

Le petit astronaute

La Pastèque

156 pages

Football-Fantaisie

Il n’y a rien de parfait dans Football-Fantaisie. Ni ce scénario alambiqué ni ces dessins pleins d’une énergie parfois brouillonne. Sauf que ce pavé de l’imprévisible Zviane ne ressemble à absolument rien d’autre. C’est une histoire fofolle qui réfléchit, une bédé d’action aux résonances philosophiques et une œuvre visuelle libre et éclatée. Elle a de l’humour et du cran, Zviane. (A. V.)

Football-Fantaisie

Football-Fantaisie

Pow Pow

520 pages

Suzette ou le grand amour

Une jeune femme aide sa grand-mère, veuve depuis peu, à retrouver son amour de jeunesse. Il n’y a rien, dans ce synopsis, pour attirer l’attention. Fabien Toulmé, avec une extraordinaire délicatesse, tant dans le ton que dans le dessin, transforme cette quête un brin naïve en un récit qui fait rêver et qui fait du bien, tout en réfléchissant au couple, aux espoirs et aux deuils de la vie. Très joli et sans mièvrerie. (A. V.)

Suzette ou le grand amour

Suzette ou le grand amour

Delcourt/Mirages

335 pages