Nadine Robert a eu une agréable surprise dernièrement. L’autrice et éditrice varennoise a en effet appris qu’un de ses bouquins a été sélectionné par le New York Times et la New York Public Library pour faire partie de la liste annuelle des dix livres pour enfants les mieux illustrés de la dernière année.

Steve Martin, Initiative de journalisme local La Relève

Créé en compagnie de l’illustrateur Gérard DuBois, On the Other Side of the Forest (Au-delà de la forêt en français) fut publié il y a cinq années sur le marché québécois et raconte l’histoire du lapin Arthur et de son père vivant sur une petite ferme entourée d’une forêt habitée, dit-on, par mille périls.

Distribué aux États-Unis par Greystone Kids, un éditeur basé à Vancouver, On the Other Side of the Forest a été décrit par l’éditrice, autrice et critique de littérature jeunesse Catherine Hong de manière on ne peut plus élogieuse.

« Ce livre est comme un joyau d’une ancienne époque, écrit celle qui faisait partie du trio du jury. Ses images évoquent l’aspect réconfortant des livres de Beatrix Potter, mais possèdent en parallèle des qualités qui ne sont pas sans rappeler le travail d’artistes comme Henry Darger et Amy Cutler et qui apportent une attrayante noirceur à cette fable. »

« C’est l’éditeur à qui j’ai vendu les droits qui m’a appris la nouvelle, raconte une Nadine Robert visiblement ravie de cette reconnaissance. Ce qui est génial, c’est que le livre est paru en français au Québec en 2016, alors c’est merveilleux de voir qu’il a une deuxième vie grâce à l’édition anglaise et qu’il a plu au jury du New York Times. On m’a dit qu’ils évaluent environ 20 000 titres par année pour en retenir 10, alors c’est quelque chose. »

Inutile de préciser qu’une telle récompense devrait avoir un impact relativement au niveau des ventes du bouquin. À quelques semaines de Noël de surcroît. « Je dirais même que, depuis 48 heures, ç’a relancé les demandes de droits, ajoute l’autrice. J’ai reçu des offres d’éditeurs étrangers qui désirent vendre l’album sur leur marché à la suite à la publication de l’article. »

L’année fut par ailleurs fort occupée pour la présidente et éditrice de la maison d’édition Comme des géants qui a pris la décision de se lancer à la conquête du marché anglophone avec une nouvelle division de livres en anglais, Milky Way Picture Book, dont les premiers bouquins sont disponibles depuis août dernier.

« Ç’a été un gros move, s’amuse l’éditrice. Depuis quelques années, je vendais la plupart des titres de notre catalogue à des éditeurs américains ou canadiens-anglais. Je dirais peut-être 60 %. Mais comme entreprise culturelle québécoise, nous avons toutes les ressources nécessaires pour produire ici des livres en anglais, alors c’est venu comme une évolution naturelle. C’était quand même un peu audacieux. Notre premier réflexe, c’est d’abord d’essayer de distribuer nos livres dans l’Europe francophone. Notre système est un peu calqué sur celui de la France alors qu’ailleurs au Canada et aux États-Unis, c’est assez différent. »