Pour les enfants, la garde-robe abrite souvent des monstres effrayants. Pour les plus grands, elle devient le témoin du corps en changement. Dans son recueil de poésie Dans mon garde-robe, Aimée Verret rend habilement le vécu d’une jeune fille suspendue entre l’enfance et l’adolescence. La Presse s’est entretenue avec elle.

Véronique Larocque
Véronique Larocque La Presse

« On lit souvent : “J’ai hâte d’être grand.” Mais, je pense que c’est plus rare qu’on lit : “Je ne suis pas prête. Ça arrive trop vite. J’ai encore envie de m’amuser avec mes jouets” », explique l’autrice, qui met ce type d’appréhensions au premier plan dans son premier recueil de poésie destiné aux adolescents. « Dans mon garde-robe / encore suspendus / des vêtements trop serrés que je tiens à garder […] Mon costume étiré sur le dos / je redeviens enfant / à volonté », écrit-elle.

Si tout le monde traverse cette période flottante entre l’enfance et l’adolescence, personne ne le fait au même rythme, ce qui abîme parfois les amitiés. « C’est difficile d’être la petite dernière qui dit : “Moi, j’ai encore le goût de jouer avec mes Barbie”, pendant que les autres sont en train de se planifier des affaires de grandes », explique Aimée Verret. L’héroïne de son recueil perdra d’ailleurs sa meilleure amie dans la course vers l’âge adulte. « Je lui en veux / d’avoir grandi sans m’attendre », peut-on lire dans le livre, qui fait partie de la liste préliminaire du Prix des libraires du Québec pour la jeunesse.

Aimée Verret aborde aussi avec finesse un autre changement qui se produit avec la puberté : le regard des autres.

Quand tu es une fille, le regard des autres change de différentes manières. Les hommes, en général, vont te trouver plus intéressante quand tu vieillis […], mais il y a aussi les autres filles qui vont te regarder beaucoup pour te juger, et se juger en même temps. Il y a une grosse pression, comme si on se donnait en spectacle.

Aimée Verret, autrice de Dans mon garde-robe

Pour apprivoiser cette attention grandissante, l’héroïne trouve refuge dans sa garde-robe le temps de s’habituer elle-même à son propre corps en changement.

« L’autonomie personnelle et la souveraineté sur notre corps, c’est, pour moi, super important. […] Quand on vieillit, tout d’un coup, on devient comme un objet de désir. Mon corps, je ne l’ai pas choisi. Si je me promène dans la rue, ce n’est pas nécessairement que je veux le montrer aux autres », affirme l’autrice.

Pour les filles… et les garçons

Si l’héroïne du recueil est une fille et qu’elle vit des changements bien féminins (« Je me liquéfie / dans mes petites culottes »), Aimée Verret espère que Dans mon garde-robe interpellera aussi les garçons. D’abord, parce que le livre peut leur permettre de « comprendre c’est quoi, être une fille ». Ensuite, « les garçons n’ont peut-être pas des menstruations, mais ils ont aussi des changements qui se passent de leur côté qu’ils ne contrôlent pas ». « Même si ce n’est pas la même chose, j’ose espérer qu’ils peuvent se retrouver dans l’idée qu’il y a une course entre le corps et la tête et que, parfois, le corps gagne. »

Celle qui a écrit trois recueils de poésie pour adultes et de nombreux livres jeunesse craint-elle que la poésie rebute les jeunes lecteurs ? « [L’initiation à la poésie] passe beaucoup par les écoles. Je vois que ces dernières années, il y a vraiment une ouverture de la part des profs d’enseigner la poésie et de sortir des grands classiques qui riment », note celle qui sera au Salon du livre de Montréal à la fin du mois de novembre.

Dans mon garde-robe

Dans mon garde-robe

Éditions La courte échelle

Dès 11 ans

Sur le même sujet

Clitoris n’est pas le nom d’une planète

  • Clitoris n’est pas le nom d’une planète !, de Virginie Cloutier-Naud et Daniel Brouillette

    IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

    Clitoris n’est pas le nom d’une planète !, de Virginie Cloutier-Naud et Daniel Brouillette

  • Extrait de Clitoris n’est pas le nom d’une planète !,  de Virginie Cloutier-Naud et Daniel Brouillette

    IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

    Extrait de Clitoris n’est pas le nom d’une planète !, de Virginie Cloutier-Naud et Daniel Brouillette

  • Extrait de Clitoris n’est pas le nom d’une planète !, de Virginie Cloutier-Naud et Daniel Brouillette

    IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

    Extrait de Clitoris n’est pas le nom d’une planète !, de Virginie Cloutier-Naud et Daniel Brouillette

1/3
  •  
  •  
  •  

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la puberté et la sexualité, mais que vous n’avez jamais osé demander : voilà comment on pourrait décrire ce guide destiné aux filles. Les seins, les poils, l’acné, l’anatomie, le consentement, les complexes, l’excitation sexuelle, tous les sujets sont abordés sans tabou. À la fois drôle et instructif, Clitoris n’est pas le nom d’une planète !, prouve qu’il n’y a rien de gênant à parler de sexualité.

Clitoris n’est pas le nom d’une planète !, , de Virginie Cloutier-Naud et Daniel Brouillette. Éditions Les Malins. Dès 12 ans.

Le poids des seins

  • Le poids des seins, de Nathalie Lagacé

    IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

    Le poids des seins, de Nathalie Lagacé

  • Extrait du livre Le poids des seins, de Nathalie Lagacé

    IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

    Extrait du livre Le poids des seins, de Nathalie Lagacé

  • Extrait du livre Le poids des seins, de Nathalie Lagacé

    IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

    Extrait du livre Le poids des seins, de Nathalie Lagacé

1/3
  •  
  •  
  •  

« Ils arrivent comme ça… un beau jour… pointant tranquillement et soudainement à la fois… Des seins instigateurs de changements… un point, deux points de non-retour », écrit, très justement, Nathalie Lagacé. Sur un ton empathique, ce livre présente les questionnements et les émotions que peuvent susciter les seins tout en rappelant leur rôle essentiel. Une puissante réflexion féministe.

Le poids des seins, de Nathalie Lagacé. Éditions de l’Isatis. Dès 12 ans.