L’écriture, et par ricochet la lecture, de cet ouvrage est digne d’un spectacle de la patrouille aéronautique des Snowbirds.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

On monte, on descend, on part en vrille. On vire à gauche, à droite, et encore à gauche. On fonce à toute vitesse et on se pose en douceur. Applaudissements !

Ce que mérite l’autrice Hélène de Billy, dont la biographie de Roger Coulombe, aviateur au sang-froid qui a survécu, avec son équipe, à d’innombrables missions de bombardements au-dessus de l’Allemagne au cours de la Seconde Guerre mondiale, est tout sauf chronologique, linéaire et plate.

Comme le père de l’autrice était un proche du Kid, elle a décidé d’intercaler ce segment familial ainsi que ses propres recherches dans la narration. Le lecteur la suit pas à pas dans quantité de lieux où le Kid est passé. De la biographie, on passe au récit, et vice-versa, dans une chorégraphie parfaitement orchestrée.

Cette façon de travailler fait en sorte qu’on ne tombe jamais dans la complaisance. Au contraire, Coulombe, qui fut dentiste après la guerre, avait un côté sombre, ses propres démons. L’autrice lève aussi quelques pierres pour parler des questions éthiques, de la mort toujours en face, de chicanes dans l’équipe de Coulombe, etc.

Cet ouvrage ne présente pas une version romancée ou enjolivée de la guerre. Il est franc sans être macabre. Pour tout vous dire, il vole au-dessus de la mêlée.

IMAGE FOURNIE PAR QUÉBEC AMÉRIQUE

The Berlin Kid, d’Hélène de Billy, Québec Amérique, 272 pages

The Berlin Kid
Hélène de Billy
Québec Amérique
272 pages
★★★½