Remercions l’auteur, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Poitiers, de nous avertir que les sources restent fragmentaires pour raconter l’histoire de cette reine du XIIe siècle. Il faut dès lors éviter de tomber dans une tentative de comprendre la psychologie du personnage.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

On peut aussi dire adieu aux détails biographiques. C’est donc davantage un portrait de l’ensemble de l’époque qu’une biographie d’Aliénor d’Aquitaine que Martin Aurell propose. Et lorsqu’on parle de portrait d’ensemble, on doit reconnaître que les sources disponibles parlent beaucoup des hommes et très peu des femmes. Ce que nous en retenons est qu’Aliénor, femme d’influence, mère de dix enfants, voyageuse, héritière d’un immense territoire, s’est retrouvée au cœur d’incessantes luttes et querelles impliquant autant son premier mari, Louis VII, que son second, Henri II et ses enfants, notamment Richard Cœur de Lion (son préféré) et Jean sans Terre. En sa compagnie, on découvre le royaume de France, on part en guerre (incluant les Croisades), on est témoin de jeux de coulisses où se nouent et se dénouent des alliances, on assiste à son engagement envers les lettres et les arts (un passage malheureusement survolé), etc. Comme l’ouvrage est tiré de conférences captées sur CD, le côté magistral du récit ressort. C’est accessible pour s’initier à cette période. Mais mieux vaut suivre avec une carte et un arbre généalogique (inclus dans l’ouvrage).

IMAGE FOURNIE PAR PUF

Aliénor d’Aquitaine, de Martin Aurell, Puf, 154 pages