L’univers de Louise Penny est paradoxalement une mer calme et apaisante. Un lieu sûr où l’on se réfugie à la recherche de réconfort au bout d’une intrigue dont on est certain de ressortir avec l’assurance que l’ordre des choses a été rétabli et la justice, rendue.

La Presse

Un homme meilleur, le nouveau titre de sa série policière autour de l’inspecteur de la Sûreté du Québec Armand Gamache, à laquelle la Québécoise d’adoption se consacre exclusivement depuis 15 romans déjà, s’inscrit dans cette lignée sans toutefois créer de véritable remous.

On assiste ici au grand retour d’Armand Gamache à la Sûreté du Québec, après une suspension de neuf mois. Rétrogradé, il doit affronter le regard de ses collègues, car tous étaient convaincus qu’il tirerait sa révérence et choisirait la retraite plutôt que de reprendre du service. Celui qui était directeur général du corps policier revient désormais en tant que simple inspecteur-chef après une bavure qui lui a valu des reproches en haut lieu. Mais ce serait mal connaître le personnage que de ne pas se douter qu’il rappliquerait la tête haute, avec les mêmes convictions de toujours.

Alors que les crues printanières menacent d’inonder le sud du Québec, Armand Gamache enquête sur la disparition d’une jeune femme non loin du petit village de Three Pines, où il habite. Or, toutes les personnes impliquées dans cette affaire semblent avoir quelque chose à cacher. Aux côtés de son gendre, policier lui aussi, l’inspecteur n’hésite pas à prendre des décisions inhabituelles pour venir en aide au père de la disparue, convaincu qu’elle a été tuée par son mari.

Jamais ne le verra-t-on manifester la moindre amertume ou céder à la colère en raison de son nouveau rang. Armand Gamache est un homme déterminé à aller au bout des choses avec respect et intégrité et à regagner la confiance de ses pairs — un modèle pour l’autorité qu’il représente, un idéal de père, de mari, de collègue, de mentor.

Jusqu’aux tout derniers chapitres, on se demandera ce qu’il est réellement advenu de la jeune femme. Certes, on aura quelques soupçons — des indices disséminés ici et là nous feront croire à plusieurs reprises que nous avons résolu l’énigme de sa disparition —, mais Louise Penny a su dissimuler la clé du mystère dans le mot de la fin. Et c’est ce qui nous tire tout au long de cette intrigue linéaire sans grande surprise, qui demeure fidèle au style auquel nous a habitués l’auteure sans pourtant se démarquer de façon particulière parmi les enquêtes d’Armand Gamache publiées à ce jour.

Avec Un homme meilleur, Louise Penny est parvenue, encore une fois, à prolonger la vie de son personnage mondialement célèbre auquel elle ne semble pas près de renoncer, et qu’on retrouvera sûrement très bientôt si l’on se fie au rythme annuel de publication qu’elle a adopté depuis plusieurs années.

Un homme meilleur
Louise Penny
Flammarion Québec
496 pages
★★★½