Forcer 35 ballons stratosphériques alimentés par l’énergie solaire à rester dans un rayon de 50 km pour y diffuser de l’internet, comme le fait Google au Kenya depuis juillet dernier avec Loon, est une tâche titanesque pour des humains.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Un chercheur de Google à Montréal, Marc Bellemare, a réussi à améliorer le processus de près de 40 % en un mois grâce à l’apprentissage par renforcement. « Le défi avec l’intelligence artificielle, c’est qu’on ne lui dit pas quoi faire, mais on lui donne un objectif, explique le scientifique. Il doit composer avec des informations complexes – vents, efficacité énergétique – qu’une personne ne peut gérer. » Le résultat de cette expérience, qu’on souhaite étendre à d’autres domaines, a été publié dans la revue Nature cette semaine.

> Lisez le blogue de Loon (en anglais)

Contrôle parental

PHOTO TIRÉE DU SITE BLOCKSI.NET

L’application de contrôle parental Blocksi s’est révélée sans défense devant les maliciels, selon une étude de l’Université Concordia.

C’est une bien mauvaise nouvelle pour les parents qui souhaitent gérer la sécurité de leurs enfants en ligne. Selon une étude de l’Université Concordia publiée mercredi, plusieurs de ces logiciels rendent leurs utilisateurs encore plus vulnérables. Blocksi, par exemple, s’est révélé sans défense devant les maliciels. FamiSafe et KidsPlace ne chiffrent pas les données personnelles sur les espaces de stockage infonuagiques. Enfin, beaucoup envoyaient des informations personnelles à des fournisseurs tiers. La meilleure solution : se fier aux mesures de protection déjà intégrées aux systèmes d’exploitation. « Plus la solution est compliquée et plus elle comporte d’accessoires, plus elle s’empare de données », résume Suzan Ali, auteure principale de l’étude.

> Pour lire le communiqué de Concordia

Behaviour

  • Le studio de jeux vidéo Behaviour a acheté et va redistribuer 700 manteaux Kanuk en décembre, un manteau à distribuer par employé. Catherine Gauthier donne un manteau à l’employée Frédérique Du Sault.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Le studio de jeux vidéo Behaviour a acheté et va redistribuer 700 manteaux Kanuk en décembre, un manteau à distribuer par employé. Catherine Gauthier donne un manteau à l’employée Frédérique Du Sault.

  • Catherine Gauthier tient un miroir afin que Frédérique Du Sault puisse se voir avec son nouveau manteau.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Catherine Gauthier tient un miroir afin que Frédérique Du Sault puisse se voir avec son nouveau manteau.

  • PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

  • Le chef de la direction financière Roland Ribotti et sa fille Audrey Anne Ribotti dans le camion de distribution des manteaux.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    Le chef de la direction financière Roland Ribotti et sa fille Audrey Anne Ribotti dans le camion de distribution des manteaux.

  • De gauche à droite: Roland Ribotti, Audrey Anne Ribotti, Catherine Gauthier et Frédérique Du Sault

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

    De gauche à droite: Roland Ribotti, Audrey Anne Ribotti, Catherine Gauthier et Frédérique Du Sault

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment récompenser ses employés, stimuler l’achat local et aider une bonne cause ? Le studio montréalais Behaviour Interactive fait d’une pierre trois coups ce mois-ci en donnant à ses 700 employés un manteau Kanuk d’une valeur au détail de 689 $. Les employés sont invités en retour à donner des vêtements d’hiver usagés qui seront remis au Centre social d’aide aux immigrants. La tournée se fait à bord d’une camionnette louée et rebaptisée Behaviour Mobile. « Comme il n’y aura pas de party de Noël cette année, et que certains de nos employés n’ont vu aucun collègue depuis mars, on s’est dit que ça apporterait un peu de contact humain, dit Rémi Racine, président fondateur de Behaviour. J’adore ça ! »

> Pour en savoir plus sur Behaviour Interactive