(Paris) Traduire « n’importe quelle paire de 100 langues différentes sans passer par l’anglais » : le réseau social Facebook a présenté lundi ses travaux de « recherche fondamentale en traduction automatique », censés améliorer « la qualité des traductions pour des milliards de personnes, en particulier celles qui parlent des langues à faibles ressources ».

Agence France-Presse

« Lors de la traduction, par exemple du chinois vers le français, la plupart des modèles multilingues centrés sur l’anglais s’entraînent sur le chinois vers l’anglais et l’anglais vers le français, car les données d’entraînement en anglais sont les plus largement disponibles. Le modèle de Facebook AI s’entraîne directement sur les données du chinois vers le français pour mieux en préserver le sens », explique l’entreprise dans un communiqué.

Le modèle baptisé M2M-100 sera libre d’accès et Facebook travaille actuellement à le déployer sur sa plate-forme.