Les joueurs vidéo et leurs proches le savent, il n’y a rien de plus impénétrable que la bulle dans laquelle on est plongé lorsqu’un jeu est prenant.

Karim Benessaieh Karim Benessaieh
La Presse

Une étude plutôt originale de l’Université du Québec à Montréal (UQAM) l’a confirmé cette semaine : même avec des électrodes sur la tête, une ceinture pour enregistrer leur rythme cardiaque et des lunettes pour suivre leur regard, les gamers sont restés concentrés. On a notamment déguisé un membre de l’équipe de recherche avec une tuque de père Noël et un autre lançait des cris d’animaux. « Aucun des sujets n’a remarqué le chercheur portant la tuque et seulement trois ont rapporté avoir entendu des cris étranges ! », rapporte la professeure Gabrielle Trépanier-Jobin, qui a dirigé la recherche.

> Lisez l’article d’Actualités UQAM

P40 prise 2

SAISIE D’ÉCRAN LA PRESSE

L’application Petal Search de Huawei est étonnante : elle contourne le Play Store en téléchargeant directement les applications sur le site des développeurs ou des sites tiers, sans manipulations complexes. Nous avons ainsi pu mettre la main sur OneDrive, Facebook et même Waze, qui appartient à Google.

Notre critique du P40 Pro de Huawei en avril dernier était peu élogieuse, à cause de l’absence du Google Play Store et des photos décevantes. Nous avons essayé un deuxième appareil, dont les capacités photographiques se sont révélées à la hauteur. La gestion des contrastes et la chaleur des couleurs ont été dignes de ce modèle généralement considéré comme le meilleur sur le marché. L’application Petal Search est étonnante : elle contourne le Play Store en téléchargeant directement les applications sur le site des développeurs ou des sites tiers, sans manipulations complexes. Nous avons ainsi pu mettre la main sur OneDrive, Facebook et même Waze. Mais pas sur YouTube et Google Maps. Il y a des limites.

Note révisée : 4 sur 5

> Relisez notre critique du P40 Pro du 26 avril 2020

Initiation au nuage

SAISIE D’ÉCRAN LA PRESSE

Amazon offre une série de vidéoconférences pour démystifier un domaine peu connu du commun des mortels : l’infonuagique.

Comme des millions de jeunes, Bill Wang a passé une partie de son temps de confinement devant un écran. Mais il en a profité d’une façon plutôt productive : il a obtenu sa certification en infonuagique, offerte notamment sur Twitch par Amazon pour son service AWS. « Mes deux parents sont des programmeurs, j’ai une bonne base, et c’est ce que je veux faire comme métier plus tard », explique en entrevue le jeune de 15 ans de la West Point Grey Academy à Vancouver. Il a notamment appris à utiliser l’infonuagique pour déléguer à des serveurs distants la charge de travail de son ordinateur, permettre des sauvegardes sécurisées et de la collaboration en ligne.

Pour en savoir plus sur le programme AWS Power Hour : Cloud Practitioner