(New York) L’administration Trump a annoncé mardi accorder un nouveau répit au géant chinois des télécoms Huawei, l’autorisant à faire affaire avec des entreprises américaines jusqu’au 15 mai.

Agence France-Presse

Avant son renouvellement par le département du Commerce, cette licence provisoire, censée permettre à des groupes américains de trouver des alternatives à Huawei, arrivait à expiration le 1er avril.  

En mai 2019, les États-Unis ont placé Huawei sur une liste noire, accusant le groupe de travailler avec les autorités chinoises et obligeant de facto des entreprises américaines et résidant aux États-Unis à trouver d’autres fournisseurs pour les équipements en télécommunication et logiciels.

Mais ils ont dans la foulée accordé une licence temporaire au groupe chinois, étendue de 90 jours en novembre, puis de 45 jours en février, afin de ne pas couper du monde les zones rurales les plus éloignées des États-Unis pendant que les entreprises s’organisent pour trouver des alternatives.

Le département du Commerce a également sollicité mardi les commentaires de la population américaine pour savoir s’il était nécessaire qu’il étende à nouveau la licence provisoire octroyée à Huawei.