Chaque dimanche, nous braquons les projecteurs sur des éléments de l’actualité financière et boursière qui peuvent être utiles à l’investisseur, mais qui pourraient être passés sous le radar

Richard Dufour Richard Dufour
La Presse

Juillet s’est terminé mercredi, et les grands gagnants de la province pour le premier mois complet de l’été ont notamment été Neptune, DavidsTea et Quincaillerie Richelieu, avec des appréciations respectives de 33 %, 23 % et 18 % durant le mois.

Mentions honorables pour Cascades (+ 15 %), Air Canada (+ 14 %) et Marché Goodfood (+ 13 %).

Chez les perdants, Prometic, SNC-Lavalin, Theratechnologies, Hexo et IPL ont respectivement cédé 24 %, 21 %, 21 %, 20 % et 18 % en juillet.

Le titre québécois le plus performant après sept mois cette année est Bellus Santé. Le moins performant est Prometic.

***

Le principal indice de la Bourse de Toronto vient de traverser une semaine « entièrement » négative. Le S&P/TSX a clôturé dans le rouge chacune des séances. C’est la première fois que ça se produit cette année.

***

La réduction du dividende annoncée jeudi par SNC-Lavalin est une mauvaise nouvelle, mais ce n’est pas une raison pour vendre l’action à son niveau actuel, selon la Scotia. L’analyste Mark Neville (comme plusieurs autres de ses collègues) continue de voir une valeur potentielle significative dans le titre.

***

La situation est à ce point précaire chez SNC que l’entreprise ne peut même pas envisager de racheter des actions, souligne de son côté Frederic Bastien, de la firme Raymond James. « Faites attention au couteau qui tombe », dit-il.

***

Gildan a reçu deux appuis vendredi au lendemain de la publication de résultats trimestriels encourageants. Les analystes de la Banque TD et de Valeurs mobilières Desjardins ont modifié leurs recommandations et suggèrent désormais l’achat de l’action du fabricant montréalais de chaussettes et de t-shirts.

« Gildan pourrait doubler ses bénéfices par action d’ici 2023 », souligne Brian Morrison, de la TD. « Je reconnais qu’il est peut-être un peu tôt pour proposer d’acheter le titre, mais je préfère me positionner maintenant. J’anticipe que la direction partagera des détails additionnels entourant ses perspectives de croissance lors de la journée pour les investisseurs prévue en novembre au Honduras. »

***

Le gestionnaire de portefeuille Philippe Le Blanc dit avoir la nette impression qu’il se passe un phénomène important dans le marché boursier depuis plusieurs mois : une divergence certaine entre la performance des titres d’entreprises de « croissance » et ceux de type « valeur ». « Il serait peut-être sage de réduire ses investissements dans les titres qui sont probablement devenus trop chers et de compléter ceux qui nous paraissent moins chers et moins risqués », souligne-t-il dans la lettre financière de Cote 100 publiée vendredi.

***

En glissant mercredi sous le seuil des 41,50 $, l’action de Stella-Jones a amorcé une nouvelle phase de recul, selon Dennis Mark, spécialiste en analyse technique à la Banque Nationale. Cet expert soutient que le niveau à surveiller est 37,50 $, car un repli jusqu’à ce prix ouvrirait la porte à une chute plus marquée.

***

« Les investisseurs devraient acheter des actions de Bombardier », souligne Tim James, de la TD, dans une note publiée vendredi. « Mais ils doivent réaliser que le rendement potentiel d’ici 12 mois risque davantage de survenir durant la seconde portion de cet horizon. »

***

La Scotia a laissé tomber vendredi sa suggestion de conserver le titre de l’Industrielle Alliance pour en recommander dorénavant l’achat en raison de certains éléments fondamentaux, notamment les bénéfices par action. « L’évaluation accordée au titre peut manifestement s’apprécier », croit l’analyste Sumit Malhotra.

***

Metro, Gildan, Air Canada, Cogeco, Innergex, Bellus et Colabor sont tous des titres québécois ayant atteint cette semaine leur plus haut niveau de la dernière année. Mediagrif, Logistec, Dorel, Résolu, SNC-Lavalin, 5N Plus, Molson Coors et BMTC ont de leur côté reculé durant la semaine à un nouveau plancher des 52 dernières semaines.

***

Juillet a été le premier mois négatif du bitcoin depuis janvier.