Wall Street a fortement monté vendredi, les investisseurs mettant fin à une période hésitante à la faveur de chiffres bien meilleurs que prévu sur l'emploi américain en juin: le Dow Jones a gagné 1,4% et le Nasdaq 1,6%.

Mis à jour le 8 juill. 2016
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon des résultats définitifs, l'indice vedette Dow Jones  a pris 250,86 points à 18 146,74 points - son plus haut niveau en 2016 - et le Nasdaq, à dominante technologique, 79,95 points à 4956,76 points.

L'indice élargi S&P 500, jugé le plus représentatif par de nombreux investisseurs, a avancé de 32 points, soit 1,5%, à 2129,90 points, à moins d'un demi-point de son record de clôture de mai 2015.

«Les chiffres de l'emploi de ce matin ont joué un grand rôle», a résumé Michael James, de Wedbush Securities. «Non seulement ils étaient bien supérieurs aux attentes, mais ils ont permis de faire oublier les inquiétudes liées aux chiffres du mois précédent.»

Les Etats-Unis ont connu un spectaculaire rebond de leurs créations d'emplois en juin, selon un rapport publié par le département du Travail, dissipant les craintes sur la solidité du marché du travail américain, qui avaient tétanisé les marchés à la suite de mauvais chiffres en mai.

«Cela a donné le feu vert pour passer à l'achat», Wall Street ayant manqué de conviction depuis la fin de semaine précédente, a insisté M. James.

Certes, le taux de chômage s'est légèrement accru, mais c'est avant tout parce qu'un plus grand nombre d'Américains se sont remis à chercher du travail.

Ce rapport constitue «manifestement le signe que l'économie va mieux que beaucoup de gens ne le pensaient», a jugé Bill Lynch, de Hinsdale Associates. «Il n'y a probablement aucun risque de récession cette année.»

Même si des détails semblaient moins engageants, comme le fait que les chiffres de mai aient été révisés pour se révéler encore pires qu'initialement annoncés, certains observateurs estimaient que cela conduirait surtout la Réserve fédérale (Fed) à ne pas relever rapidement ses taux et donc à maintenir un soutien conséquent aux investisseurs.

D'un point de vue plus spécifique, «les valeurs liées à la consommation ont été particulièrement en forme», a remarqué M. James, y voyant à la fois l'effet des chiffres sur l'emploi et de bons résultats de la chaîne de magasins de vêtements Gap.

«Cela a permis de relancer beaucoup de valeurs du secteur, qui enregistraient de mauvaises performances depuis le début de l'année et surtout le mois dernier», a conclu M. James.

Parmi les valeurs, Gap a pris 4,95%  après avoir annoncé une hausse de ses ventes à périmètre comparable en juin, à l'aide d'une excellente performance de sa marque Old Navy.

Le groupe informatique Barracuda Networks, spécialiste de la sécurité du stockage en ligne, a bondi de 18,8%  après avoir fait état d'une forte hausse de ses ventes trimestrielles, qui lui a permis de revenir dans le vert.

L'indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a avancé de 125,38 points pour terminer la séance avec 14 259,84 points.

Le dollar canadien s'est pour sa part déprécié de 0,22 cent US à 76,69 cents US.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a pris 27 cents US à 45,41 $ US le baril, tandis que le prix du lingot d'or a reculé de 3,70 $ US à 1358,40 $ US l'once et que celui du cuivre est resté stable à 2,12 $ US la livre.

AFP-PC