(Montréal) L’entreprise québécoise de formation virtuelle CAE fait l’acquisition des activités de formation militaire de L3Harris, une entreprise située au Texas, pour 1,35 milliard de dollars canadiens. La transaction permettra à CAE de doubler la taille de ses activités de formation militaire aux États-Unis.

Antoine Trussart Antoine Trussart
La Presse

La transaction est financée à hauteur de 475 millions de dollars par la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ). Le fonds souverain GIC Private Limited, situé à Singapour, y investit également 225 millions de dollars.

« L’acquisition proposée […] accélère notre stratégie de croissance au sein de la division Défense et sécurité et est hautement complémentaire à nos activités principales de formation militaire, ce qui élargira notre position aux États-Unis », a déclaré Marc Parent, PDG de CAE par communiqué.

Il s’agit de la plus grosse acquisition pour l’entreprise québécoise, selon M. Parent. Une fois la transaction finalisée, le secteur de la formation militaire représentera environ 50 % du chiffre d’affaires de CAE.

Avec ce nouvel investissement, la CDPQ deviendra le plus important actionnaire de CAE.

« Soutenir la croissance et favoriser l’expansion internationale des entreprises québécoises représentent des piliers majeurs de notre stratégie d’investissement au Québec », a dit Kim Thomassin, première vice-présidente et cheffe des Placements au Québec et de l’Investissement durable à la CDPQ, par communiqué lundi matin.

« Nous voyons une grande complémentarité entre l’activité principale de CAE et les activités de formation militaire de L3Harris. La transaction pourra permettre de solidifier les activités militaires aux États-Unis », a commenté Benoit Poirier de Desjardins.

M. Poirier note également que Daniel Gelston, président du groupe Défense et sécurité de CAE, embauché en août dernier, a travaillé chez L3Harris en tant que président du secteur Systèmes de communications à large bande et président de la division régionale de l’ouest de ce secteur.

À la Bourse de Toronto, lundi, le titre de CAE a décollé pour toucher un sommet des 52 dernières semaines en se négociant temporairement à 38,93 $ — près de son sommet historique d’environ 41,50 $ enregistré en février 2020 avant la crise. L’action a clôturé à 37,98 $, en hausse de 4,30 $, ou 12,8 %.

Les activités de L3Harris se feront sous le nom de CAE USA, dont le siège social est en Floride.

« La transaction aura des retombées très intéressantes au Québec, a déclaré Marc Parent en conférence téléphonique lundi matin. C’est sûr que de la recherche et développement dans le secteur de la défense qui va être faite aux États-Unis va entrer en complémentarité avec nos activités au Québec. »

Il est encore trop tôt, selon lui, pour parler de création d’emplois dans la province à la suite de cette transaction.

La division de L3Harris acquise par CAE comprend trois branches, dont Link Simulation & Training, l’un des plus importants fournisseurs de solutions d’entraînement militaire aux États-Unis, indique CAE dans un communiqué.


La branche Doss Aviation fournit de son côté de l’entraînement au vol à l’US Air Force, tandis que la dernière, AMI, conçoit et fabrique du matériel destiné aux simulateurs.

CAE précise que cette acquisition lui apportera une expérience considérable en matière de développement et de livraison de systèmes d’entraînement pour les avions de chasse, les bombardiers, les hélicoptères, les sous-marins et drones de l’armée américaine.

Le groupe américain est né de la fusion en 2019 des sociétés Harris et L3, deux importants fournisseurs du Pentagone. Le chiffre d’affaires de sa division Formation militaire a totalisé environ 500 millions de dollars américains en 2020.

L’acquisition doit être bouclée au deuxième semestre de cette année.

Une quatrième acquisition depuis novembre

Cette acquisition majeure s’ajoute à trois autres annoncées l’automne dernier. En novembre, CAE a acheté coup sur coup Flight Simulator Company (FSC), un concurrent situé à Amsterdam pour 108 millions, et TRU, un développeur de simulateur de vols situé à Montréal pour 52 millions. En décembre, l’entreprise a mis la main sur Merlot Aero, un développeur de logiciel en gestion d’équipage pour 32 millions.

Les trois acquisitions de l’automne font partie de la stratégie de CAE de profiter des perturbations dans le marché causées par la pandémie pour poursuivre son expansion. L’achat de L3Harris n’est pas le résultat direct de la crise dans le secteur de l’aviation civile, selon CAE.

« Il n’y a pas de lien direct entre la situation du marché civil et cette acquisition. Nous connaissons L3Harris Military Training depuis des décennies et nous sommes extrêmement heureux d’avoir maintenant l’opportunité d’unir cette entreprise de classe mondiale à la nôtre » a précisé par courriel Hélène Gagnon, VP principale, affaires publiques chez CAE.

Avec l’Agence France-Presse et La Presse Canadienne