(Toronto) Canadian Tire a affiché jeudi un profit et des revenus supérieurs aux attentes pour son quatrième trimestre, par rapport à l’an dernier.

Publié le 18 févr. 2021
La Presse Canadienne

Le grand patron du détaillant, Greg Hicks, a indiqué aux investisseurs que ces résultats étaient « rien de moins que phénoménaux » et que la performance pour l’ensemble de l’exercice était solide malgré les défis d’exploitation occasionnés par la pandémie.

Les ventes consolidées des magasins ouverts depuis au moins un an, pour l’ensemble des enseignes, ont affiché une croissance « record » de 9,5 % au quatrième trimestre, pendant que les ventes en ligne progressaient de 142 %, a souligné le président et chef de la direction.

Canadian Tire est notamment le propriétaire des enseignes Canadian Tire, L’Équipeur, Sports Experts, Atmosphère et Sport Chek.

Pour les magasins Canadian Tire ouverts depuis au moins un an, les ventes ont grimpé de 12,8 %, et les ventes saisonnières liées au temps des Fêtes ont avancé de 41 % au cours du trimestre, a noté M. Hicks, alors que les ventes en ligne ont bondi de 179 %.

« Même si les deux premiers trimestres de l’exercice ont été significativement touchés par la pandémie, l’équipe a connu des résultats exceptionnels », a affirmé M. Hicks, et l’année s’est terminée avec « des résultats financiers et opérationnels exceptionnels ».

Canadian Tire a en outre annoncé la fermeture des 18 magasins de son enseigne National Sports, dans le sud de l’Ontario, pour réduire la redondance dans l’offre d’articles de sports de l’entreprise et réaliser des gains en efficience.

La société a indiqué qu’elle tenterait de replacer les employés affectés dans d’autres magasins de sa famille d’enseignes.

Selon M. Hicks, la décision de fermer National Sports s’inscrit dans le cadre de sa stratégie visant à augmenter l’efficience et à se concentrer sur les actifs jugés essentiels.

« C’était une plus petite enseigne pour nous, certainement, mais la décision de fermer ces activités est une question de concentration », a expliqué M. Hicks aux investisseurs. « Il y a toujours eu une assez assez bonne quantité de redondance entre cette enseigne, Sport Chek (et Canadian Tire) », a-t-il expliqué.

Sport Chek n’est pas présente au Québec, où la principale chaîne sportive de l’entreprise est plutôt Sports Experts.

Outre la densité des magasins physiques, les doublons rejoignaient aussi la capacité de commerce électronique des différentes enseignes, a ajouté M. Hicks.

« Il s’agissait d’une activité qui recevait juste assez de capitaux pour assurer ses besoins de maintenance au cours des années, et ce n’était tout simplement pas un actif essentiel pour nous », a-t-il affirmé.

National Sports avait été lancée en 1968 sous le nom de National Gym Clothing, selon son site internet. Les magasins devraient fermer leurs portes d’ici la fin juin.

Profits et revenus en hausse

Canadian Tire a affiché un bénéfice attribuable aux actionnaires totalisant 488,8 millions, soit 7,97 $ par action, pour le trimestre clos le 2 janvier. En comparaison, Canadian Tire avait réalisé un profit de 334,1 millions, soit 5,42 $ par action, pour le quatrième trimestre de l’exercice précédent.

Les revenus ont grimpé à 4,87 milliards, par rapport à 4,32 milliards un an plus tôt.

Sur une base ajustée, Canadian Tire a réalisé un profit par action de 8,40 $, en hausse par rapport à celui de 5,53 $ du même trimestre un an plus tôt.

Les analystes s’attendaient en moyenne à un profit ajusté de 6,69 $ par action, à partir de revenus de 4,83 milliards, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

Les solides résultats de Canadian Tire au quatrième trimestre mettent en lumière le « positionnement unique (de l’entreprise) pour les consommateurs canadiens », a affirmé Irene Nattel, une analyste pour RBC Dominion valeurs mobilières, dans une note à ses clients.

Pour l’ensemble de l’exercice, Canadian Tire a réalisé un bénéfice net attribuable aux actionnaires de 751,8 millions, soit 12,31 $ par action, à partir d’un chiffre d’affaires de 14,87 milliards. En comparaison, lors de l’exercice 2019, le détaillant avait engrangé un bénéfice comparable de 778,4 millions, ou 12,58 $ par action, à partir de revenus de 14,53 milliards.