(Montréal) Le couperet tombe une fois de plus dans l’industrie aérienne en raison des restrictions imposées dans la foulée de la pandémie de COVID-19 alors qu’Air Canada effectuera au moins 1500 nouvelles mises à pied et réduit encore son service.

Julien Arsenault
La Presse Canadienne

Cette nouvelle restructuration, qui touche également un nombre indéterminé de gestionnaires, survient à la suite du plus récent tour de vis du gouvernement Trudeau, qui a imposé des quarantaines obligatoires à l’hôtel pour les voyageurs qui arrivent au pays.

« Nous procédons à une réduction supplémentaire de notre horaire en raison de l’impact de la COVID-19, a souligné Air Canada, mardi, dans un courriel. (L’entreprise) communiquera avec les clients dont les réservations sont touchées pour leur proposer diverses options, notamment des itinéraires de remplacement. »

Le plus important transporteur aérien suspendra, au moins jusqu’au 30 avril, 17 dessertes offertes depuis Montréal, Toronto et Vancouver. Certaines liaisons ne seront plus offertes dès le 13 février.

Aux États-Unis, des vols cesseront vers New York, Boston, la ville de Washington, Seattle et Fort Myers. Air Canada suspend également les vols vers Bogota au départ de Montréal, Londres et Tokyo depuis Vancouver, et Bogota, Dublin et Sao Paulo depuis Toronto, entre autres. L’interruption de la liaison entre Toronto et Tel Aviv sera prolongée et on attendra davantage avant d’offrir le service de Toronto vers Dubaï et Hong Kong.

Air Canada n’a pas fourni plus de détails, comme les catégories de syndiqués et la ventilation du nombre d’employés par province, qui seront affectées par cette nouvelle réduction d’effectif.

Les compagnies aériennes négocient depuis des mois à propos d’une aide sectorielle avec le gouvernement Trudeau, qui exige qu’une intervention s’accompagne de remboursements aux voyageurs dont les vols ont été annulés depuis le début de la crise sanitaire.

Des syndicats représentant des travailleurs d’Air Canada ont de nouveau interpellé le gouvernement Trudeau en lui demandant de voler au secours de l’industrie.

Wesley Lesosky, qui préside la composante Air Canada du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), a attribué la nouvelle réduction d’effectif aux plus récentes restrictions.

« Nous saluons la nécessité de prendre des mesures pour empêcher la propagation des variants (du nouveau coronavirus), a-t-il souligné. Mais les restrictions doivent être accompagnées de solutions. »

Le son de cloche a été similaire du côté d’Unifor, qui a indiqué que 370 de ses membres qui œuvrent au service à la clientèle chez Air Canada seront touchés.

« Il faut que le gouvernement fédéral mette ses culottes et arrive avec un plan d’aide, a dit en entrevue le représentant du comité de négociation pour Air Canada chez Unifor, Benoît Lévesque. C’est inconcevable que le Canada soit l’un des seuls pays du G20 à n’avoir absolument rien fait. »

Des réductions de service, qui s’étaient accompagnées de mises à pied, avaient été annoncées par Air Canada, WestJet et Transat A. T. dans la foulée de l’imposition par Ottawa, le mois dernier, de nouvelles règles de dépistages de la COVID-19. D’autres avions sont cloués au sol puisque les transporteurs aériens ont accepté de cesser d’offrir les vols vers les destinations soleil jusqu’au 30 avril à la demande d’Ottawa.

Air Canada a effectué plusieurs milliers de mises à pied depuis le début de l’année, dont plus de 1700 le mois dernier.

Du côté de WestJet, c’est plus de 1000 travailleurs qui ont été envoyés en congé forcé. Chez Air Transat, où les activités ont été interrompues jusqu’à la fin d’avril, plus de 450 préavis de mise à pied ont été transmis. La semaine dernière, Air Canada avait également décrété une pause forcée au sein des activités de sa filiale à bas prix Rouge dans la foulée de la suspension des vols vers le Mexique et les Caraïbes, ce qui a entraîné 80 licenciements.

À la Bourse de Toronto, l’action d’Air Canada — qui doit dévoiler vendredi ses résultats du quatrième trimestre et de son plus récent exercice financier — a clôturé à 21,50 $, en baisse de 15 cents.