(Montréal) Les restrictions provoquées par la pandémie de COVID-19 incitent un nombre croissant de consommateurs à passer plus de temps en ligne, notamment en raison du télétravail, ce qui profite à Cogeco et sa principale filiale.

Julien Arsenault
La Presse Canadienne

En plus d’avoir répondu aux attentes des analystes au premier trimestre, l’entreprise québécoise se dit prête à boucler une acquisition de plus d’un milliard de dollars cette année afin d’accélérer sa croissance.

Cogeco, qui a allongé plus d’un demi-milliard de dollars canadiens l’an dernier dans le cadre de trois transactions — dont celle de 405  millions pour la société québécoise DERYtelecom — aimerait être plus active à ce chapitre, et ce, en dépit des défis provoqués par la crise sanitaire.

« Il y a des conversations, mais la pandémie freine certaines conversations », a expliqué le président et chef de la direction de Cogeco et Cogeco Communications, Philippe Jetté, vendredi, dans le cadre d’un entretien téléphonique en marge de l’assemblée annuelle qui se déroulait de manière virtuelle.

La société, qui a repoussé cet automne les offres hostiles du tandem formé par Rogers et Altice USA, regarde surtout du côté du marché américain, où elle est présente dans 11 États le long de la côte est.

Cogeco Communications avait effectué son incursion aux États-Unis en 2012 par l’entremise de l’acquisition d’Atlantic Broadband pour 1,36  milliard US. Son autre prise d’envergure au sud de la frontière avait été l’achat d’actifs de MetroCast, ce qui s’était accompagné d’une facture de 1,4  milliard US.

« C’est un marché plus fragmenté sous le groupe des 10 (plus importants joueurs) et c’est avec ces compagnies que l’on discute », a dit M. Jetté, qui n’a pas voulu identifier les marchés qui étaient analysés.

Au premier trimestre terminé le 30 novembre, Cogeco a vu les revenus de ses services à large bande croître de 2,2 % au Canada dans la foulée d’augmentations de prix et d’une hausse de la demande pour l’internet haute vitesse de la part de la clientèle résidentielle, dans un contexte où le télétravail est prisé. Aux États-Unis, la hausse a été de 9,8 %, en devises constantes.

Toutefois, les 23 stations de radio exploitées par la compagnie ont vu leurs revenus décliner de 13 % puisque de nombreux détaillants ont décidé de cesser d’annoncer en raison du contexte économique.

« C’est difficile actuellement, mais la pandémie n’est pas là pour rester », a dit M. Jetté, en affirmant que Cogeco souhaitait conserver ces actifs. « On passe à travers la tempête. »

Cogeco a affiché un bénéfice net de 40,5  millions, ou 2,53 $ par action, au premier trimestre, en hausse d’environ 30 % par rapport à la même période l’an dernier. Ses revenus ont progressé de 4,5 %, à 646,4  millions.

De son côté, sa principale filiale, Cogeco Communications, qui offre des services de téléphonie, de câblodistribution et internet, a vu ses profits nets bondir de 26,7 %, à 106,7  millions, ou 2,22 $ par action. L’entreprise a réalisé des économies grâce à une diminution de l’activité promotionnelle — qui devrait reprendre plus tard cette année.

Le chiffre d’affaires s’est établi à 618,9  millions, en hausse de 5,5 %.

En moyenne, les analystes tablaient sur des revenus de 610  millions ainsi qu’un profit par action de 1,93 $ de la part de Cogeco Communications, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv.

« Cogeco est relativement résiliente aux impacts de la (pandémie), reflétant une forte exposition de ses revenus à une forte demande des services internet », a souligné l’analyste Drew McReynolds, de RBC Marchés des capitaux, dans une note envoyée à ses clients.

Cogeco attend toujours une décision du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) sur les services sans fil mobiles avant de décider si elle effectuera ou non une percée dans ce secteur. Cela s’ajoute à des plans visant à s’établir davantage dans les régions rurales au Québec ainsi qu’en Ontario, notamment.

À la Bourse de Toronto, vendredi après-midi, l’action de Cogeco a terminé à 82,13 $, en hausse de 5,4 %, ou 4,26 $, tandis que le titre de Cogeco Communications a pris presque 6 %, ou 5,75 $, pour clôturer à 101,75 $.