(Montréal) L’incursion de Domtar dans le secteur des produits d’incontinence n’aura duré qu’environ une décennie, puisque la société de produits forestiers a décidé de céder cette division à la firme d’investissement American Industrial Partners (AIP) pour 920 millions US.

Julien Arsenault
La Presse Canadienne

Après avoir indiqué en août dernier qu’elle examinait ses options, l’entreprise, dont le siège social est établi à Montréal mais qui est dirigée depuis Fort Mill en Caroline du Sud, a finalement opté pour une vente afin de se recentrer sur les pâtes et papiers ainsi que l’emballage.

« Cette vente est un élément important de notre plan stratégique et nous fournira des capitaux et des ressources supplémentaires pour renforcer et investir dans l’avenir de Domtar, ce qui nous permettra de disposer d’un portefeuille d’activités plus ciblées », a souligné dans un communiqué le président et chef de la direction de la compagnie, John Williams.

Domtar a l’intention d’utiliser le produit de la vente pour consacrer 600 millions US à la réduction de sa dette et 300 millions afin d’accélérer ses rachats d’actions.

La transaction n’a pas semblé enchanter les investisseurs, puisqu’à la Bourse de Toronto, le titre de la compagnie a retraité d’environ 5 %, ou 2,17 $, pour clôturer à 41,68 $.

Domtar s’était lancée dans le secteur des produits d’incontinence pour adultes en 2011 dans le cadre d’une série d’acquisitions, dont celle de l’entreprise espagnole Laboratoire Indas, pour 402,7 millions.

Dans une note envoyée à ses clients, Paul Quinn, de RBC Marchés des capitaux, a souligné que le prix obtenu par Domtar se trouvait dans le bas de sa fourchette oscillant entre 900 millions US et 1,2 milliard US.

« En optant pour une vente à AIP, une société d’investissement américaine, nous croyons que ce type d’acheteur était susceptible de payer un multiple inférieur par rapport à un acquéreur stratégique », a écrit l’analyste, qui croit que Domtar pourrait maintenant devenir une cible d’acquisition.

M. Quinn a calculé que Domtar avait allongé environ 1,1 milliard US entre 2011 et 2016 dans le cadre de ses acquisitions. Cette stratégie a été « largement infructueuse », a souligné l’analyste.

Parallèlement à l’examen de ses options pour sa division des soins personnels l’été dernier, Domtar avait indiqué qu’elle comptait mettre la clé sous la porte et réduire la capacité de plusieurs installations américaines, ce qui entraînera la mise à pied d’environ 780 employés. Cette initiative devait lui permettre d’économiser annuellement environ 200 millions US.

Domtar prévoit aussi entrer sur le marché du papier doublure avec la conversion de la machine à papier de Kingsport, au Tennessee, pour produire environ 600 000 tonnes annuelles de papier ondulé fait de matières recyclées de qualité élevée, utilisé pour les boîtes en carton, d’ici le début de 2023.

« Est-ce que cela ouvre la voie à la vente de toute l’entreprise ? », s’est demandé M. Quinn, en soulignant que Domtar pourrait intéresser d’autres producteurs de carton-caisse en raison du potentiel de conversion de certaines de ses usines.

Au troisième trimestre terminé le 30 septembre, la société avait affiché une perte nette de 92 millions US, ou 1,67 $ US par action, par rapport à un bénéfice de 20 millions US, ou 32 cents US par action, à la même période l’année précédente.

Domtar, dont les actions sont également cotées à la Bourse de New York, compte près de 8800 employés.