(San Francisco) Uber a annoncé jeudi qu’elle avait entrepris cette semaine de remettre des masques à ses chauffeurs et qu’elle en avait commandé des dizaines de millions supplémentaires pour ses conducteurs et livreurs dans le monde.

Agence France-Presse

La plateforme de réservation de voitures avec chauffeur a commencé la distribution mardi à New York, épicentre de l’épidémie de coronavirus aux États-Unis.

Alors que la moitié de l’humanité est appelée à rester chez elle, les chauffeurs et livreurs (salariés ou indépendants) de groupes comme Amazon, Instacart ou Uber (et Uber Eats, pour les commandes de plats à emporter) sont très sollicités.

Mais beaucoup se sont plaints du manque de protections. Chez Instacart et Amazon, certains ont même fait grève il y a dix jours aux États-Unis pour réclamer des équipements et de meilleures compensations financières.

« La semaine dernière, nous avons commencé à fournir des vaporisateurs de désinfectant à certains chauffeurs. Et à partir de cette semaine, nous allons distribuer des millions de masques aux chauffeurs en activité et aux livreurs dans le monde », a déclaré Gus Fuldner, vice-président du groupe responsable de la sécurité, dans un communiqué en ligne.

Il a indiqué que le géant des VTC attendait des dizaines de millions de masques dans d’autres villes et régions du monde, mais que cela prendrait du temps, l’essentiel de la production allant aux personnels soignants.

« Nous nous approvisionnons en dehors du circuit traditionnel des équipements de santé », a-t-il précisé. « Par exemple, une de nos principales commandes a été passée chez une entreprise d’ordinaire spécialisée dans l’électronique ».

Plusieurs grandes sociétés se sont attelées à la fabrication de masques à grande échelle pour répondre à la demande exponentielle, surtout depuis que les autorités américaines recommandent à tout le monde de se couvrir le visage.

Dimanche, le PDG d’Apple Tim Cook a ainsi annoncé que son groupe avait conçu des masques destinés au personnel hospitalier, et allait bientôt en produire un million par semaine.

En plus des équipements de protection à venir, Uber est en train d’installer un « centre de ressources » dans l’application des chauffeurs et livreurs.

Ils pourront y « trouver les dernières informations de sécurité » ainsi que « de l’aide pour obtenir un soutien financier de leur gouvernement local s’ils sont éligibles » et « des idées de sources de revenus additionnelles », écrit Gus Fulnder.